Sissonne / Les plans dévoilés Le nouveau collège fin 2013

Sissonne / Les plans dévoilés Le nouveau collège fin 2013

Publié le samedi 06 mars 2010 à 12H00 - Vu 154 fois

«L'ÉCOLE, c'est pas une punition ! Ça doit être un plaisir d'y aller. » Voilà des paroles qui devraient faire plaisir aux futurs collégiens de Sissonne puisqu'elles émanent de l'architecte chargé du projet de reconstruction. Antoine Daudié-Vignier leur a concocté un établissement innovant et sans doute très agréable à vivre.
Pour le moment, les élèves vont devoir encore passer trois ans dans le vieil établissement de type « Pailleron », datant de 1974. L'ouverture du nouveau collège est prévue à la rentrée scolaire de septembre 2013. En attendant, ils peuvent rêver en regardant la maquette et les plans de l'établissement. Le projet a en effet été choisi parmi quatre candidatures. Il vient d'être présenté au personnel du collège et à quelques parents d'élèves de cette commune de 2 250 habitants.
Dans un collège rural, les jeunes gens ne doivent pas se sentir enfermés. Ils vont avoir des perspectives savamment étudiées sur la compagne ou les abords. Mais l'originalité du projet réside d'abord dans sa forme, les matériaux choisis, la couverture végétale, la chaufferie bois et le parti pris d'économiser l'énergie sans tomber dans les travers du développement durable à tout prix.
Coût double…
De grandes membrures en bois forment la façade. Les perspectives sont agréables. L'intérieur du bâtiment est lumineux. Selon les explications de l'architecte, tout semble avoir été pensé pour le confort de travail des cinq cents élèves et du personnel. La construction s'étend sur 6 400 mètres carrés. La cour de récréation, au centre du bâtiment offre une surface de 1 000 m2. Un restaurant pour les demi-pensionnaires et des logements de fonction sont prévus.
Le lancement des études va démarrer en octobre et s'étaler jusqu'en 2011. Puis les travaux vont démarrer en janvier 2012 et durer douze mois environ.
Il s'est donc écoulé six ans depuis la décision du conseil général de reconstruire ce collège (ainsi que Jean-Mermoz à Laon) et d'en réhabiliter un certain nombre d'autres. Du coup, l'addition a drôlement augmenté. Elle a même quasiment doublé, passant de 80 millions d'euros au tout début à 157 millions d'euros.
Il y a trois raisons à cela selon le président du conseil général, Yves Daudigny. Tout d'abord, il a fallu prendre en considération un certain nombre de demandes des enseignants, puis de nouvelles données environnementales ont été incorporées dans les projets et, enfin, il a fallu intégrer la nouvelle réglementation en matière d'accessibilité.
M.-C.L.

L'union l'Ardennais