Stade de Reims / L'appel de Kopa aux supporters

Stade de Reims / L'appel de Kopa aux supporters

Publié le mercredi 05 décembre 2012 à 09H36 - Vu 1357 fois

FOOTBALL (L1). C'est un véritable cri de solidarité que lance Raymond Kopa en faveur de « son » Stade de Reims. Le « Napoléon » tricolore décrète une mobilisation générale pour l'aider à se maintenir en L1.

LE moment est tellement rare qu'il en devient exceptionnel. Quand le taiseux Raymond Kopa souhaite, à sa demande, évoquer le Stade de Reims, on ne peut que tendre l'oreille et l'écouter religieusement. C'était hier, entre la poire et le fromage.
La veille, Sir Kopaszewski avait participé à l'enregistrement télé de « Noël sous les étoiles », un rendez-vous scintillant et « sympa ». D'autant que son épouse, la fidèle Christiane, a pu converser avec une de ses idoles, Salvatore Adamo, tandis que Patrick Bruel, le grand supporter du Paris SG, ne cachait pas sa « chance » d'avoir croisé le grand Raymond Kopa, le divin stratège, père spirituel de Platini et Zidane.
Mais hier, c'est de football et du Stade de Reims que le Ballon d'or 1958, avait envie de parler. « J'ai toujours beaucoup de plaisir à revenir à Reims. Ce fut le cas la saison dernière, et même le jour du grand défilé organisé pour fêter la montée en L1. Cette saison, j'ai vu moins de matches, mais je sais que l'équipe a le niveau, qu'elle peut bien jouer, elle l'a prouvé ».

So-li-da-ri-té

De l'Anjou ou de la Corse, Raymond Kopa ne perd pas une miette de la saison stadiste. Grâce notamment à l'ami Jean-Michel Martinelli, qui le tient informé, en direct live, des soubresauts de la vie du club. « Je vis, je souffre avec eux, soupire-t-il. Les résultats ne sont pas si mauvais, cette équipe a les moyens de mieux faire ».
Il se dit inquiet de la mauvaise passe actuelle. « Tous les anciens, Fontaine, Piantoni, Georges et Bernard Lech m'ont appelé pour me faire part de leurs encouragements, explique Jean-Michel Martinelli, une vraie solidarité qui s'est nouée autour du Stade de Reims. La réussite du club les préoccupe ».
« Je souhaite mettre l'accent sur la solidarité qui doit unir joueurs, dirigeants et supporters. Je regrette vivement les sifflets entendus récemment contre Brest (0-0, le le 24 novembre), s'emporte Kopa. Les gens doivent comprendre que cette équipe, promue de L2, ne va pas gagner tous ses matches et que les joueurs donnent le maximum pour tenir leur rang à ce niveau. Ils devraient, au contraire, les encourager, les applaudir ».

« Juste un déclic »

Pour le quadruple champion de France (avec Reims), triple vainqueur de la Coupe d'Europe des clubs champions (avec le Real) et double vainqueur de la Coupe d'Espagne (avec le Real), l'inefficacité offensive dont souffrent aujourd'hui les attaquants rémois, ne peut être que passager.
« Marquer des buts, c'est la finalité du football, admet le président d'honneur du Stade, mais c'est aussi la chose la plus difficile à réaliser sur un terrain. Il faut faire confiance à l'entraîneur qui saura redonner confiance aux attaquants. Le petit Courtet va revenir, il montrera le chemin aux autres ».
Kopa, qui se souvient d'avoir reçu une « soufflante » du président Santiago Bernabeu au lendemain de la seule défaite du Real Madrid (contre l'Atletico) en trois saisons, croit aux vertus du dialogue, de la combativité et « surtout de la solidarité ». « Il faut se mobiliser derrière l'équipe car elle en vaut la peine. L'image du Stade de Reims est restée intacte. Il manque juste un déclic et tout repartira comme en début de saison ».
Dimanche, Raymond assistera à Reims-Bordeaux. « Une belle affiche », dit-il, mais surtout « un match à gagner ». Ah, s'il pouvait encore transmettre à ses héritiers son élégance technique et sa vision du jeu...

Gérard KANCEL

SAMEDI AU VILLAGE DE NOËL. - Samedi, entre 14 h 30 et 16 heures, les fans rouge et blanc pourront rencontrer Raymond Kopa au Village de Noël, place d'Erlon, au chalet du Stade de Reims.

L'union l'Ardennais