Négoce / Nicolas Dubois, un opérateur sur lequel il faut compter

Négoce / Nicolas Dubois, un opérateur sur lequel il faut compter

Publié le mardi 24 mai 2011 à 10H31 - Vu 607 fois

C'est « l'homme » dont on parle en Champagne. Nicolas Dubois est à la tête de l'entreprise Pressoirs de France, située à Faverolles-et-Coëmy, dans la Marne. Secondé par son épouse Myriam, il fait partie des nouveaux opérateurs de la région. Installés depuis dix ans, ils réalisent désormais 4,5 millions de cols par an.
L'histoire du couple rappelle les sagas sur la réussite. Partis avec zéro client et zéro stock en 1999, il possède alors deux hectares et un principe : « Nous préférons un petit chez nous qu'un plus grand chez les autres. » L'indépendance est leur maître mot, leur politique « la stratégie du paysan : « Ce que l'on gagne, on le réinvestit. »

« Ce que l'on gagne, on le réinvestit »

Un plan d'investissements de 12 millions est prévu sur quatre ans. « Nous partageons ces investissements pour un tiers vers le développement, pour les deux autres tiers en direction de l'outil de production. »
Cette méthodologie a porté ses fruits. Avec 60 millions de chiffre d'affaires, quarante salariés, un approvisionnement sur la durée et une trentaine d'hectares en propre, Pressoirs de France s'étend désormais sur une surface de près d'un hectare couvert comprenant les cuveries, la vinification, les bureaux et les lignes d'habillage. Avec un objectif : le souhait d'avancer dans la qualité. « Nous allons recevoir la validation de l'IFS BRC (International Food Standard-British Retail Consortium). » Un label de qualité indispensable avec la grande distribution internationale.
Car Nicolas Dubois ne le dément pas, la grande distribution lui a permis de réussir en Champagne. Son entrée de gamme (la fameuse Laurence D à moins de 10 euros en 2010 fait près d'un million de bouteilles) représente près de 25 % de son chiffre d'affaires, les autres cuvées vendues sont des produits de niches spécifiques ou des marques de distribution. On peut également noter que Pressoirs de France possède deux domaines de soixante hectares chacun dans le Saumurois.
Parallèlement, en 2009, avec le rachat à la famille de Christian Goutorbe de Dame, Nicolas et Myriam Dubois ont acquis la marque Jeeper et son stock de 200 000 bouteilles.
Pour Nicolas Dubois, il s'agit là d'« une pépite ». Qu'il faut transformer en or pur. « Nous devons renforcer le nom de cette marque. Nous nous donnons cinq ans pour nous organiser. »
Avec le recrutement d'un directeur commercial prévu, l'équipe s'est renforcée. Son brut sans année est vendu 20 euros hors taxe. « Pour nous, Jeeper est le sommet de notre pyramide. Nous en espérons beaucoup. D'ailleurs, nous visons l'exportation pour la développer. On ne nous trouvera que sur des marchés traditionnels comme les cavistes ou la restauration. » En termes de volume, la marque Jeeper réalise 250 000 flacons, et Nicolas Dubois souhaite qu'elle puisse atteindre le million de bouteilles d'ici sept ans.

L'union l'Ardennais