Ecommerce / La bulle sur la toile

Ecommerce / La bulle sur la toile

Publié le mardi 17 janvier 2012 à 11H21 - Vu 422 fois

REIMS (Marne) Dans la planète ecommerce, les sites de vente en ligne généralistes de vins et spiritueux fleurissent. Ceux concernant le champagne sont beaucoup moins présents. On en répertorie une dizaine dont celui de la Champenoise Marie Servagnat. Depuis cinq ans, cette fille de courtier en vins de champagne gère le site marchand de « www.plus-de-bulles.com ». Et cela ne se fait pas en quelques clics.

Environ 400 références
« Quand j'ai commencé, j'ai souhaité présenter une gamme qu'on ne pouvait pas trouver dans les linéaires des grandes surfaces. ». Mais très vite, elle se rend compte qu'il faut jouer le jeu des cuvées commerciales pour obtenir les plus pointues. « Bien sûr, nous débutons avec les grandes maisons, on ne peut pas oublier que ce sont des locomotives. Il faut commencer à contacter les directions régionales ou nationales des maisons. Certaines proposent des offres promotionnelles selon le nombre de bouteilles achetées ou selon les références choisies ». Pour les vignerons, le contact est plus subtil. « J'ai été aidée dans une première approche par Patrick Borras, sommelier chez Pierre Gaignaire et par mon père (Henri Servagnat). Je me suis déjà basée sur les Premiers et Grands Crus, puis sur les médaillés. Bien sûr, il faut téléphoner, mais il est évident que cela se passe sur le terrain et que la rencontre est très importante. »
Son travail de fourmi est récompensé puisque Marie Servagnat peut se targuer de posséder quelques belles exclusivités de récoltants-manipulants. En tout, près de 430 références sont présentées sur le site. Si ses bureaux sont à Paris, son stock se trouve à Reims. « Quelqu'un s'occupe ainsi de réceptionner les cols, d'emballer les commandes et de les envoyer par le biais d'un transporteur. Pour cette année, nous allons évoluer en proposant des Relais-colis ou des envois par la Poste ». Le stock représente près de 5 000 bouteilles avec une pointe à 9 000 durant les fêtes de fin d'année.La Champenoise aimerait d'ailleurs rapatrier totalement son activité en Champagne : « c'est beaucoup plus facile quand on est sur le terrain de proposer de nouvelles offres ». Avec un chiffre d'affaires autour de 900 000 euros, qui a doublé deux ans de suite, son activité progresse : «je veux atteindre 1, 5 million en 2012. Les commandes varient : «cela peut concerner un seul flacon ou bien 36 bouteilles ». Avec une moyenne de 4.300 cols par mois.
En terme de compétitivité, « plus-de-bulles » est bien placé. « Nos prix de livraisons sont assez bons, quant aux prix des bouteilles, nous n'avons pas le choix, on ne peut pas faire de grandes marges, les maisons surveillent les prix de très près. En moins de 48 heures, elles sont averties s'il y a une trop grande baisse. Quant aux tarifs des vignerons, là aussi, on ne peut pas réaliser de grandes marges. » Les commandes se font principalement en ligne, mais le contact téléphonique permet de rassurer la clientèle. « Nous avons des demandes spécifiques pour des accords mets-vins ou des occasions spéciales, nos clients sont souvent des œnophiles avertis, mais souvent en recherche de renseignements. »
Le site travaille surtout avec une clientèle parisienne à la recherche de grandes marques et de cuvées de prestige, mais également avec des amateurs situés dans la région de Strasbourg et le sud de la France. Le panier moyen est de 215 euros.

 

L'union l'Ardennais