Agenda 21 : l'opposition n'y voit qu'une « imposture »

Agenda 21 : l'opposition n'y voit qu'une « imposture »

Publié le lundi 12 mars 2012 à 10H23 - Vu 183 fois

La Nouvelle Force dénonce un diagnostic qui se résumerait à un simple rapport commandé par l'agglomération à un cabinet privé. L'absence de concertation scandalise la formation politique d'Alain Goze.

« LE PEUPLE : on lui fait des discours, on ne cause pas avec lui ». C'est en citant Jules Renard qu'Alain Goze tente de résumer l'attitude de la communauté d'agglomération dans sa façon de mettre en place l'Agenda 21. Une attitude que l'élu de l'opposition au conseil municipal a détaillée vendredi.
« En l'état, nous disons que la démarche d'Agenda 21 proposée est une véritable imposture car elle ne correspond pas à la conception, à l'organisation, à la structuration d'une véritable politique d'aménagement et de développement durable dont l'Agenda 21 est un outil de mise en œuvre à partir d'un diagnostic partagé et non préalable », rappelle-t-il. Et c'est justement sur ce dernier point qu'à ses yeux l'équipe de Bruno Bourg-Broc et Benoist Apparu faute lourdement.
Car Alain Goze, Bruno Malthet et Pierre Dellon se sont rendu compte que le diagnostic servi par Cités-en-Champagne aux participants du Forum 21 avait été rédigé dès le printemps 2011 par un cabinet privé, Nomadéis.

Un rapport à 99 000 euros

L'échange musclé entre l'agglomération et l'un de ses maires, qui n'était pas d'accord avec ce que le rapport expliquait sur sa commune, aurait révélé le pot aux roses. Nouvelle Force, qui s'est procuré cette première version, explique que la consultation de la société civile est réduite à sa plus simple expression. Pire, entre la version du printemps 2011 et l'actuelle, « 98 % du contenu reste le même, seule la pagination change, ainsi qu'une annexe et deux paragraphes », résume Alain Goze. Entre-temps, un prérapport a été présenté… « Nous sommes ni plus ni moins dans le prolongement du Grenelle local, Nomadéis travaille sur ce principe », une critique qui ne s'arrête pas là. Les élus interrogés dans cette enquête seraient fort peu nombreux, les associations le seraient encore plus, sans parler des dernières données de l'Insee. L'institution militaire, pourtant omniprésente à Châlons, est absente du document.
Sur le fond, Nouvelle Force dénonce un axe de réflexion qui omet les aspects sociaux et économiques prévus dans le cadre du programme de l'Agenda 21, et un cadre périmètre géographique beaucoup trop large (l'intercommunalité va s'étendre considérablement). Les ateliers du forum 21 débutant aujourd'hui, le parti a décidé d'y prendre tout de même part, « pour faire évoluer la démarche proposée ».
Interrogé vendredi, le cabinet du président de l'intercommunalité a indiqué que le diagnostic commandé à la société Nomadéis a coûté 99 000 euros TTC. L'appel d'offres initial était établi à 79 000 euros hors taxe. Deux avenants ont ensuite complété cette commande : l'un visant à étendre le périmètre de l'étude, l'autre à accentuer l'aspect participatif de la démarche, en montant cinq groupes de travail. Quant à la critique d'Alain Goze, sur le fait que Cités-en-Champagne se contente d'utiliser ce qui a été produit pour le Grenelle local, l'équipe de Bruno Bourg-Broc la rejette en bloc. Il s'agit, selon son expression, d'un « prolongement » de cette réflexion, et non d'un copié-collé.
Alain Goze goûte les formules chocs. Il en a trouvé une pour cette affaire : « La démarche proposée a perdu son pilote en cours de vol (Benoist Apparu), aujourd'hui il n'y a plus que des copilotes d'apparat ».

Sébastien LAPORTE

L'union l'Ardennais