Reims / Etroite surveillance Les policiers pincent la racoleuse sur le vif

Reims / Etroite surveillance Les policiers pincent la racoleuse sur le vif

Publié le mercredi 26 août 2009 à 01H00 - Vu 767 fois

La prostitution n'est pas interdite en France, le racolage si. Et c'est pour cette raison qu'en ce moment, les policiers rémois ont l'œil (discrètement) fixé sur la place Sainte-Claire. Une des places fortes locales du commerce du corps avec le Boulingrin.
D'après Alain, riverain de ladite place, « les choses s'étaient un peu calmées pendant trois ou quatre mois à la suite d'interventions de la police : les prostituées africaines qui avaient remplacé nos vieux tromblons d'autrefois et qui mettaient régulièrement le bazar (notre interlocuteur emploie un autre mot, ndlr) semblaient s'être éloignées, mais petit à petit, on les a vues revenir… » Des doléances du voisinage sont ainsi remontées dernièrement jusqu'aux oreilles de la police, guère éloignée, on peut le rappeler : la place Sainte-Claire en effet se situe à deux minutes à pied du commissariat ! Des surveillances ont alors été mises en place depuis quelques jours, et l'une d'elle vient donc de porter ses fruits.
Position couchette
Selon les forces de l'ordre, l'histoire commence ce lundi en pleine après-midi, vers 15 heures sur la fameuse place.
Une femme d'une quarantaine d'années attire l'attention par sa « tenue provocante » selon le rapport officiel : « jupe courte et haut couvrant à peine les seins. » En outre, l'intéressée adresse des signes aux voitures qui passent, et en fait même un peu plus envers les piétons, se caressant ostensiblement les mamelons à leur approche.
Au bout d'un moment, il semble que la dame de petite vertu ait enfin la possibilité de faire affaire. Un passant se laisse aborder, et le voilà qui embarque dans la 306 de l'excitante personne. Le véhicule ne va pas très loin : il se gare sur un parking de l'avenue Brébant, qui longe le canal voisin.
La police, elle, n'a pas perdu la trace et peut suivre l'évolution de la situation de façon assez précise : c'est ainsi que l'on voit l'homme, occupant la place passager, remettre un objet à la dame (l'argent ?), puis un des sièges de devant passer en position couchette ; et lorsque les forces de l'ordre se manifestent enfin, les choses sont déjà bien engagées puisque l'organe viril du monsieur est déjà muni d'un préservatif ! La suite sera évidemment beaucoup moins affriolante pour ce client, un habitant de Cormontreuil d'une cinquantaine d'années, puisque le seul plaisir qui lui sera offert alors sera d'être auditionné par la police. Lui ne sera pas inquiété ; l'aguicheuse en revanche, déjà connue en tant que prostituée, devra répondre de son racolage le 19 novembre prochain devant la justice.
Ses consœurs de Sainte-Claire qui perturbent tant Alain et ses voisins, subiront-elles le même sort ? « Nos surveillances continuent » prévient-on en tout cas au commissariat. Histoire de tempérer les ardeurs des unes et des autres.
A.P.

L'union l'Ardennais