Le nouveau procureur de la République attendu en septembre

Le nouveau procureur de la République attendu en septembre

Publié le jeudi 01 juillet 2010 à 09H36 - Vu 645 fois

Partie à Evreux au mois de mai, l'ancienne procureure de la République de Châlons-en-Champagne, Dominique Laurence, n'a toujours pas été remplacée. Ce devrait néanmoins être chose faite au mois de septembre prochain avec l'installation de son successeur probable, Christian de Rocquigny du Fayel, actuellement vice-procureur au tribunal de grande instance de Bordeaux.
Cette perspective est toutefois à mettre au conditionnel dans la mesure où celle-ci reste pour l'heure suspendue à l'avis du Conseil supérieur de la Magistrature et d'un décret ministériel, mais rien ne devrait a priori s'y opposer. En attendant, l'intérim est toujours assuré par Cédric Mestre, le plus âgé des substituts châlonnais en fonction.
Affaire Terrasson
Vice-procureur depuis 2008 après avoir été nommé substitut du procureur de la République à Bordeaux en 2004, le haut magistrat devrait également poser ses valises dans la Marne avec son épouse, Pauline de Rocquigny du Fayel, juge chargée du service du tribunal d'instance de la ville préfecture de Gironde, celle-ci ayant sollicité une nouvelle affectation à Reims.
Mais là aussi, il faudra attendre l'avis du Conseil supérieur de la Magistrature.
En Gironde, Christian de Rocquigny du Fayel ne laissera cependant pas une empreinte indélébile. C'est en tout cas l'avis de la presse régionale. Pour être membre de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux, l'homme n'en est pas moins une pointure en matière de criminalité organisée, de délinquance financière et d'affaires complexes (meurtres commis en bandes organisées, blanchiment, crimes aggravés d'extorsion…). A ce titre, il se veut très au fait des dispositifs novateurs mis au profit de ce type d'enquêtes : infiltrations, sonorisations et coopérations internationales n'ont en effet plus aucun secret pour lui.
L'affaire Terrasson qui, dès 2007, a défrayé la chronique, demeure d'ailleurs sans conteste celle à travers laquelle on se souviendra le plus de l'actuel vice-procureur de Bordeaux. Jetée dans le chaudron médiatique, cette affaire façon « Bettencourt », a déjà fait couler beaucoup d'encre depuis la mise en examen pour abus de faiblesse, vols et associations de malfaiteurs, il y a trois ans, de plusieurs personnalités bordelaises soupçonnées d'avoir spolié Jeanine Terrasson, une richissime octogénaire souffrant de la maladie d'Alzheimer, à la tête d'une fortune colossale aux origines mystérieuses. Et parmi elles, trois notables (un énarque, un banquier et une avocate) proches du maire de Bordeaux, Alain Juppé, ainsi que la légataire de la vieille dame, une cartomancienne qui tirait les cartes dans les hautes sphères de la municipalité.
Un cocktail détonnant qui ne pouvait faire que grand bruit et exciter à l'envi policiers et magistrats.
Reste à savoir si le très probable futur procureur de Châlons-en-Champagne trouvera dans la Marne de tels ingrédients.
Franck BRENNER

L'union l'Ardennais