Inspirée d'un fait divers réel, Motobécane mêle poésie, réflexion et drôlerie Mettez vos casques !

Inspirée d'un fait divers réel, Motobécane mêle poésie, réflexion et drôlerie Mettez vos casques !

Publié le mardi 16 février 2010 à 12H00 - Vu 149 fois

C'EST la première fois que l'Espace Louis-Jouvet décide de programmer un spectacle pendant les vacances scolaires. « C'est un test, sur le même type que les séances familiales du dimanche. Certaines personnes nous avaient déjà fait la remarque sur le fait que nous ne proposions pas de spectacles pendants les vacances. Là, c'est le dernier week-end des vacances, donc on espère que les gens seront rentrés pour ce spectacle qui est un des spectacles forts de la saison », confie Katy Fontaine, de l'Espace Louis-Jouvet.
Vendredi soir donc, à 20 h 30, la scène de l'ELJ sera occupée par Bernard Crombey et sa pièce Motobécane, qui débute sa tournée 2010.
La pièce est adaptée du roman de Paul Savatier « Le ravisseur », lui-même tiré d'un fait divers qui s'est déroulé en 1975 et qui à l'époque avait défrayé la chronique.
Bernard Crombey, que certains ont déjà pu voir au cinéma (Buffet froid, Dialogue avec mon jardinier, etc.) ou dans des téléfilms, auteur dramatique et comédien, s'est intéressé à cette histoire en la revisitant quelque peu.
Du rire aux larmes
C'est donc l'histoire de Victor, surnommé « Motobécane », qui sillonne les routes de Picardie sur sa mobylette bleue. Amandine, 8 ans, surgit sur sa route et va bouleverser sa vie. Elle veut échapper à sa famille, elle lui demande de l'aide, il la recueille et la cache pour la protéger, en prendre soin. C'est là que les ennuis commencent.
Les gendarmes sont alertés et arrive ce qui doit arriver, Victor est emprisonné. En prison, Victor décide de raconter sa version des faits. C'est ce que le spectateur est invité à suivre, dans une mise en scène très sobre, qui rappelle l'enfermement.
L'idée de Bernard Crombey, originaire de Lille, a été de délocaliser cette histoire vraie, en la faisant se dérouler, non plus dans le sud de la France, mais en Picardie.
Une heure trente de spectacle à apprivoiser : le personnage et son accent picard, à baigner dans son univers, à le comprendre, sans pour autant excuser son geste.
La pièce a déjà connu un gros succès, la presse est unanime sur ce texte qui allie poésie et humour, à la fois bouleversant et qui fait réfléchir.
E.D.

L'union l'Ardennais