Noël sous les Etoiles : le public reste chaud

Noël sous les Etoiles : le public reste chaud

Publié le mercredi 05 décembre 2012 à 09H04 - Vu 863 fois

REIMS (Marne). Pour Philippe Candeloro d’abord, pour d’autres artistes ensuite comme Vincent Niclo ou Chantal Goya, les Rémois sont encore venus nombreux assister à l’enregistrement de l’émission de France 3. Et pourtant il faisait frisquet...

BRAVE public rémois! Il était encore nombreux au rendez-vous des étoiles de France 3 hier : c’était la deuxième (et dernière) journée d’enregistrement de l’émission Noël sous les étoiles; elle accueillait de nouvelles vedettes pour le plus grand plaisir des fans.
Après Nolwenn Leroy, Patrick Bruel ou Adamo la veille (notre édition d’hier), c’était cette fois au tour de Vincent Niclo et de Chantal Goya, entre autres, de débarquer dans la cité des Sacres (on avait annoncé aussi Gérard Lenorman mais finalement il n’a pas pu venir, victime nous dit-on d’une gastro). « C’est bien de voir une pléiade d’artistes comme ça à Reims », commentait Nathalie, qui était déjà venue le premier jour et qui était à nouveau aux aguets hier sur le parvis de la cathédrale depuis 10 heures du matin pour voir plus particulièrement… Gérard Lenorman.

Patinage spectacle

Mais avant eux, c’est le champion de patinage artistique Philippe Candeloro qui devait assurer le spectacle, et lui était en parfaite santé. Du coup, l’équipe de tournage s’est largement déplacée sur la patinoire de Noël, place du Forum, pour permettre au sportif artiste d’exprimer son talent. Plusieurs centaines de spectateurs, dûment emmitouflés en raison de la fraîcheur de la température, ont applaudi le patineur; accompagné d’une troupe de charmantes partenaires aussi glissantes que lui, il a transporté le public sous le ciel d’Espagne avec ses chorégraphies sur musique ibérique, avant d’enchaîner avec des rythmes « zoulous ». De quoi réchauffer un peu l’atmosphère qui en avait bien besoin.
Plus tard, le public s’est à nouveau massé sur le parvis de la cathédrale, pour applaudir les Stentors, Vincent Niclo accompagné du chœur de l’armée rouge pour son Ameno, et autre Chantal Goya avec sa bande de marmottes. Et ce public a montré que malgré la fraîcheur de l’air et l’heure qui commençait à se faire tardive, il lui restait une belle énergie. À tel point que s’il faut en croire Remy le « chauffeur de salle » : « On n’avait jamais eu une telle ambiance depuis qu’on fait cette émission. » À vérifier le 21 décembre, jour où elle doit passer à la télé.

 

« Une bonne opération de communication »
Lors d’une conférence de presse tenue hier matin dans les murs de l’hôtel de ville, l’adjoint au maire Serge Pugeault n’a pas caché que ce tournage était une bonne opération de communication pour Reims. Très intéressante même si l’on parle chiffres : « La ville a dépensé 177000 euros pour accueillir cette émission, si l’on compare avec ce qu’il faudrait payer pour une audience de l’ordre de 4 millions de téléspectateurs pendant deux heures, c’est très avantageux. »

 

Reims préférée à Lille et à Lyon
L’animatrice de l’émission Daniela Lumbroso expliquait hier le choix de notre ville pour l’émission après Paris la première année et Strasbourg l’an dernier. « Nous voulions rester dans le nord de la France, pour avoir une ambiance d’hiver, et une ambiance de Noël avec un marché festif; nous avons pensé à des villes comme Lille ou Lyon, et à Reims aussi, qui avait à la fois un joli marché de Noël et une belle cathédrale; c’est l’accueil de la municipalité rémoise à notre proposition qui a fixé notre choix. »
Apparemment ce choix n’a pas déçu les producteurs, satisfaits de l’attitude du public en particulier : « Les gens sont restés présents même sous la pluie, et ils ont bien réagi, pour nous c’était un bon public. »

 

La Voix des enfants maltraités
Parmi les vedettes présentes hier à Reims pour la deuxième journée de tournage du Noël sous les étoiles de France 3, le collectif la Voix de l’enfant. Une association informelle d’artistes comme Yves Duteil, Laâm, ou Mikelangelo, créée à l’initiative de Matthieu Johann et qui soutient les enfants victimes de maltraitance. Pour leur chanson ils ont été rejoints en cours de route par le Collectif métissé.
 

 

L'union l'Ardennais