L'archéologie dépoussiérée au musée Saint-Léger

L'archéologie dépoussiérée au musée Saint-Léger

Publié le vendredi 18 mai 2012 à 11H00 - Vu 124 fois

SOISSONS (Aisne) La Nuit des Musées, ce week-end, sera l'occasion de découvrir les salles archéologiques tout juste rénovées.

LE sable qui garnissait les salles archéologiques du musée Saint-Léger avait un je-ne-sais-quoi de rudimentaire qui collait bien avec les collections. Cependant, il s'avérait trop difficile à entretenir et causait pas mal de poussière dans le musée. Aussi, a-t-il été décidé de le remplacer par du linoléum. Plus classique, mais plus propre surtout. L'exposition permanente, mise en forme en 1989, a bénéficié par la même occasion d'un nouvel agencement, que chacun pourra découvrir ce week-end, à l'occasion de la Nuit des musées, qui se tient, à Soissons, à Saint-Léger mais aussi à l'Arsenal (lire le programme).
L'occasion pour les amateurs d'archéologie - et le succès de l'exposition sur les Celtes et Gaulois récemment prouve qu'ils sont nombreux ! - de découvrir cette collection issue des nombreuses et fructueuses fouilles qui ont eu lieu dans la vallée de l'Aisne.
Cette partie du musée est consacrée à l'évolution des sociétés dans le bassin parisien depuis 7 000 ans, du Néolithique au Haut Moyen Âge. L'exposition se découvre de manière chronologique, donc pédagogique. Sont exposés des objets de la vie quotidienne (vaisselle, accessoires pour vêtements, outils) dont on découvre l'évolution au fil des époques et des progrès techniques (bronze, fer…).
Une partie est entièrement consacrée aux plus beaux objets découverts lors des fouilles récentes, ayant pris fin en 1994, de la nécropole gauloise de Bucy-le-Long (Ve et VIe siècle avant notre ère), dont l'impressionnant matériel archéologique de tombes à char récemment restauré.

Bijoux funéraires
Des bijoux (torques et bracelets en bronze, pendeloques, boucles d'oreille et bagues en or) témoignent du raffinement avec lequel les plus privilégiées se paraient, jusque dans leur dernière demeure. La vallée de l'Aisne est une des régions les plus connues du point de vue de l'archéologie scientifique, dont les pionniers ont posé les bases dans les années cinquante et soixante.
Le musée y consacre une part importante, notamment au travers de cette maquette restituant la vie du village néolithique (5 000 ans avant notre ère) de Cuiry-lès-Chaudardes, datant de la civilisation rubanée, dont les fouilles ont permis de mieux connaître les premiers agriculteurs sédentaires du nord de la France.
I.B.

L'union l'Ardennais