Epernay-Cumières : quand le taxi joue collectif !

Epernay-Cumières : quand le taxi joue collectif !

Publié le vendredi 29 juin 2007 à 01H00 - Vu 36 fois

« DEPUIS la mise en route de ce système, on l’utilise quand on va chez le docteur ou chez le coiffeur et qu’on ne sait pas à quelle heure on va en sortir, c’est plus pratique que de demander à quelqu’un ».
Jacqueline Desmarest, 63 ans, vient d’être déposée place Hugues-Plomb par le « taxi » du « Transport à la demande », en compagnie de Léocadia Benito, 75 ans, qui se rend justement chez le médecin. « Sinon, je viens à vélo : ça ne fait que 8 km aller-retour, il n’y a rien de tel pour se faire les jambes, sinon on s’encroûte » !
Sur simple appel d’un numéro vert, le service de transport à la demande vient chercher les habitants qui s’abonnent (c’est gratuit) selon des horaires donnés.
« Il suffit de prévenir trois heures minimum avant le départ », précise François Lourdelet, directeur de Distransports-Sparnabus.
Les utilisateurs se rendent à l’arrêt de bus et Sofiane Guezguez arrive au rendez-vous, au volant de son taxi, recruté par convention par Sparnabus.
De l’avis des utilisatrices, « il est toujours à l’heure, gentil, aimable : on n’attend pas » ! Un panneau magnétique sur le toit du taxi précise « Mobilité à volonté » avec le numéro vert.
Des économies de carburant
« On a commencé le 2 juillet 2006 avec les lignes des Coteaux-Ouest et la zone industrielle de Oiry ».
Comme résume Pierre Martinet, vice-président à la communauté de communes Epernay pays de champagne et président de la commission transport, « c’est un système de transport aux lignes virtuelles qui existe sur Epernay » !
Pour François Lourdelet, « côté fréquentation, ces deux lignes urbaines avaient moins de 700 validations par an en fonctionnant les mardi, mercredi et samedi sur les Coteaux-Ouest ».
Un an après, avec le TAD, transport à la demande, Sparnabus a doublé l’offre, avec un service présent du lundi au samedi.
« Un bus consommait 36 litres de gasoil aux 100 km, alors que la consommation du taxi est inférieure à 10 litres de gasoil aux 100 km ».
Soit un coût de 25 € TTC pour le bus, alors que le taxi revient à trois fois moins, soit 8 € pour le même trajet d’autobus et peut transporter 8 personnes.
La ligne ZI Oiry intéresse les salariés en intérim. « On a rajouté des plages horaires en ce sens et cela évoluera selon les contraintes des patrons ».
Les deux lignes représentaient 26.000 km par an.
« Aujourd’hui, on effectue un tiers de km en moins et on transporte 10 % de personnes en plus » ! L’économie réalisée par la CCEPC est réinjectée pour le développement d’autres communes où il n’y avait jusqu’ici aucune desserte urbaine.
Fabienne Nouira-Huet
Tarif unique : 1,20 le trajet. Numéro vert 0 800 100 056

***
Des abonnés en plus
Les lignes développées sont Cumières, puis depuis octobre sur Avize-Cramant-Cuis et Istres-et-Bury-Flavigny.
L’abonnement est gratuit et concerne la population des territoires concernés.
« Le client paie 1,20 € à chaque course, ce qui est le prix du bus sur le réseau. L’usager prévient le taxi par le numéro vert : il ne paie pas la communication ». L’usager peut utiliser une correspondance avec son ticket, sur une autre ligne, dans la limite d’une heure, comme pour le bus.
Sur Cumières, il y a 26 abonnés, 186 validations pour 149 courses, soit 1,25 client/course.
Pour Avize-Cramant-Cuis, il y a 57 abonnés, soit 602 validations pour 304 courses.
F. N-H.

L'union l'Ardennais