Tourisme : Châlons sur l'onde

Tourisme : Châlons sur l'onde

Publié le mercredi 06 avril 2011 à 08H42 - Vu 1348 fois

CHALONS-EN-CHAMPAGNE (Marne). Dommage qu'une rampe de mise à l'eau des bateaux n'ait pas été prévue. Belle idée quand même que ce relais nautique au jard, qui vient combler un vide entre Reims et Vitry et qui offre à Châlons un nouvel appel touristique…

«DOMMAGE quand même qu'il n'y ait pas de rampe prévue pour une mise à l'eau des bateaux. Mais à part ça, c'est vraiment une belle idée ! ».
Françoise Bertrand, 50 ans, est à la fois Châlonnaise et plaisancière. Du coup, lorsque le projet d'un relais nautique (ou capitainerie) est parvenu à ses oreilles, elle a lâché sa barre de timonier et a frappé des deux mains : mille tonnerres, voilà donc rectifié ce qui manquait cruellement dans la capitale régionale ! Dame, voilà donc Châlons s'alignant enfin avec les autres villes phares des autres arrondissements du département bordés d'eau douce, ceux de Reims, Epernay, Vitry ! Hélas, à l'inverse des villes précitées, les propriétaires de bateaux châlonnais qui auraient pu imaginer faire glisser leur embarcation depuis le canal de la cité préfectorale devront continuer à faire comme elle, aller voir ailleurs : « En ce qui me concerne je vais à Sillery. Il y a aussi Mareuil-sur-Aÿ qui est très bien ».

Une réelle demande

N'empêche que Françoise Bertrand présente lundi soir au centre social et culturel du Verbeau pour la présentation du projet en conseil de quartier, ne boude pas son plaisir. Mieux, elle aimerait que l'avènement de ce petit port châlonnais soit l'occasion « d'échanges et de partage » entre plaisanciers et riverains.
Un vœu qui, en fait, n'est pas éloigné de la raison d'être de l'ouverture - prévue pour juin - de cette capitainerie : à savoir un développement du tourisme local depuis les canaux. « On peut déjà visiter notre ville depuis les airs, on peut la visiter en vélo, en voiture, par le train », a listé l'adjoint au maire Michel Hamm, « et maintenant, on pourra s'y arrêter avec son bateau. Ce sera en quelque sorte un port de plaisance intérieur ».
L'idée d'un relais n'est pas neuve. Après l'ouverture d'une halte à Reims, il manquait un relais entre la cité des sacres et Vitry, une interdistance correspondante à une journée de navigation. A Châlons, environ un millier d'embarcations franchissent chaque année l'écluse. Mais jusque-là, on ne pouvait uniquement que franchir, pas s'amarrer : « Il y a toujours eu une réelle demande », assure pour sa part Jacky Favre, chef de service bâtiment à la communauté d'agglo.

Agent bilingue

C'est à l'hémicycle, à la sortie des vannes dans l'anse du jard, le long du boulevard Victor-Hugo qu'est en train de se construire ce relais offert aux bateaux jusqu'à dix mètres. Un endroit retenu pour sa proximité immédiate avec le centre-ville et les sites touristiques. Pour inviter les plaisanciers à s'arrêter et à rester pour un séjour d'un, deux ou trois jours maximum, les concepteurs n'ont pas lésiné sur les moyens. Un confort optimal a été voulu pour ce relais : quatre cabinets de douches individuelles, toilettes et lavabos, machines à laver et à sécher le linge, points d'eau et d'électricité, vidanges des eaux usées. Le tout accessible à partir d'un ponton avec 12 possibilités d'amarrage, dans un esprit paysager avec des structures bois.
Le relais sera ouvert selon une plage horaire fixée lors de la saison touristique, du 1er mai au 1er octobre. Dès leur arrivée, les plaisanciers pourront prendre connaissance de toutes les informations pratiques, plan de ville, situation des commerces : « Un agent bilingue français-anglais, sera présent tous les jours ». Le coût des travaux s'élève à 422 000 euros.

Fabrice MINUEL

L'union l'Ardennais