Les crashs d'avions en 39-45 dans la région Atterrissages forcés en Argonne

Les crashs d'avions en 39-45 dans la région Atterrissages forcés en Argonne

Publié le dimanche 19 février 2012 à 12H00 - Vu 202 fois

L'Argonne a été le théâtre de nombreux incidents aéronautiques militaires entre 1939 et 1945.

DEPUIS que l'Homme a réussi à s'élever dans le ciel, il a tenté de conquérir les territoires voisins ou de se défendre par ce biais. Cela lui a parfois coûté cher. En témoignent les nombreuses pannes et avaries au cours des combats dans le ciel argonnais durant la Seconde Guerre mondiale. Autant de situations exceptionnelles que plusieurs jeunes, passionnés par ce type d'événement, ont pu contempler et photographier, lorsque les congés scolaires le permettaient, emportant si possible un objet témoin. Passage en revue de quelques « crashs » et incidents mémorables.
Littéralement dépecé
Pour commencer, deux avions allemands ont dû opérer un atterrissage forcé. Un Dornier 17P a été observé le long de la route D84 reliant Moiremont à La Neuville-au-Pont. Les circonstances de cet incident ont été rappelées dans la revue Batailles aériennes. L'appareil avait été repéré et pris en chasse par trois Hurricanes anglais au-dessus de Longuyon. Une manœuvre habile lui avait cependant permis de se placer à l'arrière d'un de ses poursuivants et de l'abattre, avant d'être contraint de se poser à son tour. La photo prise montre deux Ménéhildiens, MM. Vouillemy et Beaujard, en service à l'époque, à la garde d'une station de transmissions.
A Crémont, monticule connu à Menou, un Messerschmitt 109, abattu peu avant la libération en 1945, et que les Allemands n'ont pas eu le temps ni les moyens de récupérer, a été littéralement dépecé par les amateurs locaux et photographié par M. Rosman, photographe connu, avant le pillage terminal.
Les avions alliés en détresse
Du côté allié aussi, les avions ont connu quelques situations de détresse. L'équipage d'une Forteresse volante B17, de retour d'une mission de bombardement en Allemagne en octobre 1944, avait pu s'éjecter de l'appareil en situation de détresse par saut en parachute sur Servon-Melzicourt. Resté seul aux commandes, le pilote a pu sauver son avion par atterrissage forcé réussi.
Un autre Forteresse volante B17, entre Berzieux et Ville-sur-Tourbe, a lui aussi connu une avarie. L'équipage a été sauvé par le parachute et le pilote, là encore, a réussi son atterrissage forcé. Les témoins de cette mésaventure racontent que c'est un ferrailleur local qui a recueilli les carcasses de ces deux avions américains.
Un avion de transport américain Norduynn-Horsemann à Planasse, aux abords de Menou, est tombé en panne. Après un séjour d'une journée pour des réparations, il est reparti.
Un Stinson-sentinel a séjourné aux Vertes-Voyes, à l'emplacement des bâtiments militaires stationnés pendant le conflit de 39-45.
Les nombreux avions en détresse dans le ciel de la région sont, d'après les spécialistes, redevables à une chasse allemande active à Saint-Dizier, mais aussi à une base radar située à Minaucourt-le-Mesnil, appartenant à la ligne allant de la Baltique au sud de la France.
Les documents et matériels présentés sont issus de la collection de Roger Cugnet.

L'union l'Ardennais