Les « Frères » du Grand Orient s'interrogent en public

Les « Frères » du Grand Orient s'interrogent en public

Publié le mercredi 09 avril 2008 à 01H00 - Vu 24 fois

LES frères de la loge de Vervins du Grand Orient de France le constatent : il y aurait comme de l'antimaçonnisme dans l'air. Par conséquent, au lieu de parler d'un sujet de société, comme ce fut le cas lors des dernières années, la loge de Vervins a décidé d'aborder le thème de fond : « Pourquoi être franc-maçon aujourd'hui ? ». Cette question sera abordée le samedi 19 avril à 16 h 30, à la salle Hennebelle de La Capelle. « La franc-maçonnerie continue d'alimenter les « fantasmes ». La récente déclaration du ministre Xavier Bertrand, par rapport à son appartenance au Grand Orient, l'a prouvée », précise Jean Bernard, franc-maçon, membre de la loge de Vervins du Grand Orient.
A La Capelle, le débat sera animé par José Gulino, délégué régional, conseiller de l'ordre du Nord-Pas-de-Calais/Picardie. Ensuite, Alain Brunet, président de la société historique de Vervins, interviendra sur le thème : « La Franc-maçonnerie en Thiérache ». Jean Bernard reconnaît que le secret, voulu par les francs-maçons, ne fait que compliquer la perception de la franc-maçonnerie. Au terme « secret », il préfère d'ailleurs celui de « discrétion ». Et Jean Bernard d'avouer : « L'antimaçonnisme est apparu avec la franc-maçonnerie. C'est dans la nature humaine de voir des complots partout et de toujours considérer : « On ne nous dit pas tout… ».
Bref, les francs-maçons sont toujours obligés de se justifier, de prouver qu'ils ne sont pas au centre de tout, qu'ils ont moins d'influence qu'on leur en prête. Historiquement, pour preuve de ce rôle controversé, Jean Bernard fait notamment référence au protocole des Sages de Sion, « du russe Golovinski, qui fait apparaître les francs-maçons comme les instruments des Juifs ».
Liberté de conscience
Jean Bernard, qui confirme l'importance des outils comme symboles – « pour nous, l'équerre, c'est la rectitude dans la société » – situe de la sorte la place des francs-maçons : « Nous voulons être des veilleurs à l'avant-garde de la République, tout en restant adogmatiques. Nous sommes des chercheurs de vérité. Entre nous, il y a des échanges et des débats dépassionnés ».
Et de préciser également, par rapport à des débats nationaux récents impulsés par le président de la République : « Au Grand Orient, la loi actuelle sur la laïcité nous convient très bien ». Le Grand Orient, qui prône une franc-maçonnerie adogmatique et libérale, laisse ainsi à ses membres une liberté absolue de conscience et de recherche.
Rappelons que le Grand Orient de France, à laquelle appartient la loge de Vervins, est l'obédience la plus importante de France, avec 47.000 frères, regroupés dans 1.050 loges. Son Grand maître est Jean-Michel Quillardet. Quant à la loge de Vervins, fondée le 28 avril 1996, selon Jean Bernard, elle se compose « d'une petite trentaine de membres ».
Michel Mainnevret

L'union l'Ardennais