Givet intéresse surtout les Belges

Givet intéresse surtout les Belges

Publié le mardi 01 mars 2011 à 10H47 - Vu 136 fois

La communauté de communes Rives de Meuse possède quant à elle, tout d'abord, une surface de 52 hectares, dont 20 sont actuellement viabilisés sur le parc d'activités communautaire de Givet, route de Philippeville.
La situation géographique de ce dernier permet de combiner le transport fluvial à gabarit de 1 500 tonnes, le fret SNCF, le transport routier et autoroutier sans rupture de charge ou presque, le réseau autoroutier gratuit belge, à moins de 25 kilomètres, permet de gagner toute l'Europe rapidement.
Le prix du terrain y est relativement peu élevé puisqu'il s'établit à 4,55 € hors taxe. Le site accueille déjà une pépinière d'entreprise, dit pôle d'entreprise communautaire, dotée de 8 cellules de 500 m2.
A proximité, plusieurs entreprises occupent les lieux : Isopac, la biscuiterie Latour, Ardenity, Sogimeca, etc...
Il faut ajouter à cela « l'entreprise de charpente bois Hancart, occupant actuellement l'hôtel d'entreprise et qui devrait s'installer dans de nouveaux locaux très prochainement », explique Claude Wallendorff, directeur de la communauté de communes.
Dans ce parc, « qui sera relié d'ici deux, trois mois » au port de Givet, est prévue aussi l'installation d'une usine biomasse.
« Nous sommes dans l'attente de l'arrêté de l'installation classé pour la protection de l'environnement. »
Une entreprise qui devrait générer 30 emplois directs. « Elle sera approvisionnée en déchets par le port et la chaleur émise par l'usine pourrait bénéficier à des serres agricoles implantées à proximité. »

Les services proposés sur cette zone d'activités sont la présence du siège technique en charge de la gestion de la zone et la mise à disposition d'une salle de réunion ainsi que d'une cafétéria.
La structure intercommunale, qui couvre 22 kilomètres jusqu'à Fumay, possède aussi une zone d'activités de 20 hectares à Vireux-Molhain, où est installée notamment l'entreprise ITW Spraytec, et FTV.
Plus au sud, la zone industrielle de Fumay-Chanois, qui s'étend sur une surface de 26 hectares, accueille les sociétés Godard et Prefatec.
Au final, nous avons là près de 40 hectares viabilisables.
« Mais, il faut bien dire que la plupart des contacts sérieux que nous avons sont belges car il est vrai que nous avons des accès plus faciles au nord, à l'est et à l'ouest mais pas au sud. A tel point qu'à certaines heures de la journée, on rejoint plus rapidement Bruxelles que Charleville. »

L'union l'Ardennais