Bilan très encourageant pour le service civique

Bilan très encourageant pour le service civique

Publié le mercredi 18 juillet 2012 à 11H00 - Vu 89 fois

La première promotion de l'antenne locale du service civique vient de clore plusieurs mois particulièrement enrichissants. Et le bilan est donc encourageant.

REÇUS en mairie pour y recevoir leur diplôme, les jeunes bénéficiaires du service civique n'ont pas manqué d'impressionner leur auditoire.
Portée par la Mission locale de Charleville-Mézières, la promotion 2011-2012 a largement atteint ses objectifs : donner aux quinze jeunes âgés de 18 à 25 ans la possibilité de mener des actions que certains n'hésitent pas à qualifier d'utilité publique.
Si la Mission locale assure l'intermédiation, les missions confiées aux jeunes se sont déroulées dans cinq structures différentes : le centre communal d'action sociale (pour les passeurs de mémoire), Solicoeur (pour l'épicerie solidaire), les Restos du cœur, l'Ugecam et le collège Salengro.

Synergie
Outil d'insertion certes, le service civique est aussi une porte ouverte vers des horizons que certains n'auraient pu imaginer.
L'engagement des jeunes fut total durant les mois que durèrent leurs différentes missions.
De l'avis général, au moment de dresser le bilan moral de cette première promotion, chacun y a trouvé son compte.
Assurant le tutorat des missions, l'appui pédagogique par l'accompagnement, la formation, le soutien juridique, administratif et financier, la Mission locale fut également un partenaire efficace auprès des structures accueillantes.
Cette synergie fut donc profitable pour tous.
Et déjà, les regards se tournent vers la promotion suivante.
« Certaines structures d'accueil souhaitent repartir avec nous et de nouvelles vont nous rejoindre comme le pôle social de Nouzonville », fait observer Laurence Stoupy, directrice de la Mission locale, assurant par avance tous les bienfaits que chacun peut en tirer.
A cet égard, les témoignages des jeunes (lire ci-dessous) furent particulièrement éloquents.
De quoi rassurer les financeurs, à savoir l'Etat, le conseil régional, la ville de Charleville-Mézières et le centre communal d'action sociale.

L'union l'Ardennais