A Folembray, il y a un siècle 7 1 4 6 3 2 5

A Folembray, il y a un siècle 7 1 4 6 3 2 5

Publié le dimanche 28 octobre 2012 à 12H00 - Vu 23 fois

Vous possédez des cartes anciennes de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes ? Contactez Grégoire Amir-Tahmasseb au 03.26.50.50.22 ou sur gamir-tahmasseb@journal-lunion.fr
AISNE. En grande partie détruite en 1917, comme beaucoup d'autres communes de la région, Folembray a longtemps été marqué par une forte activité de verrerie. Fermée en 1952, l'usine a ensuite laissé place à une caserne, célèbre pour avoir « accueilli » des militants du FIS dans les années 1990-2000. Retour en images dans les rues du village il y a un siècle.
1. Le calvaire à droite, sur la route nationale qui traverse la commune.
2. La route nationale dans sa traversée du village dans les années 1910.
3. La mairie de Folembray avant 1914. Elle avait été construite en 1861 sur l'emplacement de la partie arrière de l'ancien pavillon de Sully, ministre de Henri IV. Elle sera détruite en 1917.
4. Située la basse forêt de Coucy, Folembray a longtemps été un haut lieu des chasses à courre. Le baron Henri de Poilly, qui était lieutenant de Louveterie, les créa vers 1850 en installant un chenil au Tourne-bride (photo), en vue de chasser le cerf et le sanglier.
5. L'épicerie du centre du village avant la Première Guerre mondiale. Elle se trouvait devant la mairie actuelle sur ce qui s'appelait à l'époque la place du marché.
6. L'église est bâtie par le dernier des Enguerrand à la fin du XIVe siècles. Elle tombe en ruine à la fin de l'année 1817 et est restaurée en 1820. On distingue sur cette image un clocher carré qui a existé jusqu'en 1917, année où l'église a été détruite par les Allemands.
7. Mise en service le 1er mai 1882, la ligne allant de Chauny à Anizy passait par Folembray. Les habitants avaient trois moyens d'accès : Folembray-gare, le parc et la « halte ». Nous sommes sur cette image dans les années 1920. La ligne sera fermée au trafic voyageurs en 1937.
8. Le château a été construit en 1859 par le baron Henry de Poilly. Il a été en grande partie détruit par les Allemands en 1917.

L'union l'Ardennais