La contribution méconnue du 147e RI à l'histoire du cycle

La contribution méconnue du 147e RI à l'histoire du cycle

Publié le mardi 18 octobre 2011 à 09H53 - Vu 335 fois

SEDAN (Ardennes). C'est à Sedan qu'est née la première compagnie de chasseurs cyclistes en 1901. Grâce à l'ingénieux capitaine Henri Gérard.

EN début du XXe siècle, la voiture n'en est qu'à ses premiers hoquets, mais le vélo est en plein boum.
Nommé au 147e RI de Sedan depuis le 30 janvier 1900, le capitaine Henri Gérard a une idée géniale : la bicyclette pliante.
Objectif bien sûr, faire de l'engin l'allié tout terrain du soldat. Ce qui donna naissance aux premiers groupes de « chasseurs cyclistes ».
Cette histoire pittoresque et méconnue a été redécouverte par hasard par un généalogiste amateur de Paris, Christophe Lagrange lors de recherches sur son grand-oncle, militaire au 147e RI de Sedan.
Pour en savoir plus, il s'est rendu à Sedan et a pris contact avec la Société d'histoire et d'archéologie du Sedanais qui lui a ouvert ses archives.

Un astucieux système de pliage

Christophe Lagrange a alors mené une minutieuse enquête sur l'invention du capitaine, poussant le souci de la vérité historique à parcourir à vélo le trajet inaugural de Sedan à Paris du premier groupe de chasseurs cycliste invités d'honneur du défilé du 14 juillet 1901.
Fruit de ces investigations, une conférence était organisée samedi à l'amphithéâtre Mendès-France par la SHAS, en attendant une publication dans le numéro 2012 de la revue d'histoire de l'association, « Le Pays Sedanais ».
Pour le public, une soixantaine de personnes, dont M. et Mme Calippe, descendants du capitaine, cette heure et demie d'exposé est passée aussi vite qu'un peloton de cyclistes.
Etonnante histoire en effet que celle de ce militaire né à Condé-en-Brie, dans l'Aisne - mais qui avait des attaches ardennaises à Saint-Marceau -, qui en 1893 met au point cet astucieux système de pliage avec l'aide de son beau-père, Nicolas Noël, mécanicien à la sucrerie de Braine qui déposa d'ailleurs le premier brevet.
Un an plus tard, Henri Gérard s'associe à l'industriel Charles Morel de Domène dans l'Isère, et dépose un second brevet en son nom propre.
Peugeot et Michelin le rachètent, afin de lancer les premières bicyclettes pliantes sur les routes de France, avec deux versions, l'une pour les militaires, l'autre pour les femmes.
Dès 1898, le capitaine Henri Gérard reçoit la Légion d'Honneur et les palmes académiques.

« A great attraction »

Mais son heure de gloire sonna en juillet 1901 lorsqu'il prend la tête d'un peloton de 150 hommes âgés de 20 ans environ, pour rallier Paris, via Reims et La Ferté-sous-Jouarre, par une température caniculaire (36° à l'ombre).
« Un événement couvert par la presse » souligne Christophe Lagrange qui a épluché de nombreux articles de l'époque et notamment ceux de Frantz Reichel, envoyé spécial de Paris Vélo et sportif accompli, qui suit le groupe à bicyclette.
Honneur suprême : à son arrivée à l'hippodrome de Longchamp où se tenait à l'époque la revue du 14 juillet, la compagnie cycliste sedanaise a défilé deux fois, tout d'abord avec la bicyclette pliée dans le dos et au pas des chasseurs, puis à vélo.
Ce fut « un succès considérable », « a great attraction » écrivit Frantz Reichel.
En 1906, le capitaine Gérard est nommé au 120 RI de Saint-Denis tandis que sa bicyclette pliante poursuit sa route vers le succès.
Selon Christophe Lagrange, l'armée l'utilisa jusque dans les années 20 et notamment en 1914-1918.
Les Sedanais auront donc eux aussi apporté leur pierre à l'histoire du cycle !

Dominique BERTHEAS

L'union l'Ardennais