CSSA / Court, la vie autrement

CSSA / Court, la vie autrement

Publié le mercredi 05 décembre 2012 à 11H55 - Vu 626 fois

FOOTBALL (L2). Diagnostiqué du diabète il y a un mois et demi, le milieu sedanais apprend à vivre avec sa maladie.

LA maladie n'a pas fait perdre le sourire à Yoann Court. La saison du milieu sedanais s'est pourtant brutalement interrompue il y a un mois et demi : « Je me sentais fatigué, j'étais perclus de crampes. »
Une prise de sang effectuée juste avant la réception d'Arles-Avignon a suffi à découvrir qu'il était diabétique (type 1). « Le diagnostic a été difficile à entendre, mais ma première question a été de savoir si je pourrais continuer à jouer au football. Lorsque j'ai su que oui, j'ai été rassuré. »
La semaine suivante, il est hospitalisé à Reims dans le service du Dr Nakib. Au contact des patients, il relativise sa pathologie. « Quand j'ai vu d'autres malades, j'ai pris conscience qu'il y avait plus grave dans la vie. Quoi qu'il en soit, j'ai encore plus envie de prendre du plaisir. »
A sa sortie, Yoann Court (21 ans) s'est ressourcé quelques jours dans sa famille à Avignon. Il a aussi appris le rituel des piqûres d'insuline trois fois par jour. « Au début, il existe toujours une appréhension. Finalement, il n'y a rien de très contraignant. Je vérifie mon taux de glycémie et je calcule la dose d'insuline dont j'ai besoin. Mes repas sont aussi mieux équilibrés. »

L'exemple de Zetterberg

Après avoir recommencé le footing et la préparation physique, l'ancien Lyonnais a repris l'entraînement collectif la semaine dernière. Selon le protocole, il devrait regoûter à la compétition au début de l'année 2013. « J'ai l'impression d'être prêt à jouer, mais sans doute devrai-je attendre le mois de janvier. Le coach décidera, mais je pense d'abord évoluer avec l'équipe réserve. »
Depuis son dernier match au Mans (0-1), le meilleur passeur sedanais (2 passes décisives en 10 matches) s'inquiète de la déliquescence de son équipe, qui n'a empoché qu'un point en cinq journées. « L'écart de sept points avec le premier non-relégable est inquiétant. On ne va pas lâcher parce que deux victoires peuvent suffire à se rapprocher. L'idéal serait de faire une série avant la trêve, on va tout faire pour s'en sortir. On devra notamment livrer un combat à Niort, où on n'a pas le droit de perdre. »
L'exemple de Yoann Court est loin d'être unique. Ancien international suédois, Pär Zetterberg a été élu meilleur joueur de l'année en Belgique en 1993, 1997 et 1998. A la tête d'un palmarès prestigieux, l'ancien capitaine d'Anderlecht a notamment remporté six titres de champion de Belgique (entre 1991 et 2006). Il a raconté sa vie de footballeur professionnel diabétique dans une biographie que lui a consacré Dominique Paquet « Zetterberg, Ma vie de A à… Z » (Editions Jourdan) en 2006.

Cédric GOURE

L'union l'Ardennais