Accident de minibus / Une famille décimée

Accident de minibus / Une famille décimée

Publié le lundi 20 février 2012 à 14H23 - Vu 11005 fois

BOGNY-SUR-MEUSE (Ardennes). Ce lundi lors d'une conférence de presse, le procureur de la République de Charleville-Mézières Daniel Bouriaud a éclairci les circonstances de l'accident, survenu, dimanche soir à Bogny-sur-Meuse.

Un minibus a brutalement quitté la chaussée avant de percuter un arbre. Bilan : deux fillettes de 9 et 13 ans ont trouvé la mort, un blessé grave et deux autre occupants (une fillette et le chauffeur) ont été plus légèrement blessés. "C'est un minibus appartenant au foyer "Don Bosco", établissement dépendant de l'association des apprentis orphelins d'Auteuil, situé à Monthermé dans les Ardennes", indique le procureur de la République. Cette une structure accueille des enfants placés par le juge des enfants.

Une plaque de verglas

Le minibus était conduit par un éducateur de l'orphelinat âgé de 44 ans, qui récupérait les enfants qui se trouvaient dans leur famille dans le cadre d'un droit de visite. Le minibus a d'apord pris la direction de Mouzon, puis de Sedan où résident les parents des deux fillettes décédés ainsi leur frère âgé de 12 ans, grièvement blessé à la main lors de l'accident. Juste avant l'accident, l'éducateur roulait en direction de la gare de Bogny-sur-Meuse pour récupérer d'autres enfants avant de rentrer dans l'établissement. C'est là que le minibus a glissé sur une place de verglas, a quitté la route et a percuté un arbre. Deux fillettes (âgées de 9 et 13 ans) de la même famille sont décédées. Deux autres enfants ont été grièvement blessés. L'un est le frère - âgé de 12 ans - des deux fillettes décédées. Transporté dans un premier temps à l'hôpital de Manchester, il a été héliporté par la suite dans un hôpital parisien, où il a été amputé d'un doigt de la main.

L'autre enfant blessé est une petite fille d'une famille différente. Elle souffre d'un traumatisme facial. D'après les médecins, le pronostic vital n'est pas engagé.

Une information judiciaire est ouverte pour comprendre les raisons exactes de cet accident et les conditions de transport des enfants. Une autopsie sera pratiquée, mardi, sur le corps des deux jeunes victimes "pour savoir si les ceintures de sécurité étaient bien attachées". Ce qui semble être le cas, car il ressort des premières constations "que les ceintures ont dû être coupés pour permettre aux secours d'intervenir". Le véhicule sera également passé au peigne fin.

Fortement choqué après l'accident, l'éducateur a été hospitalisé et fait l'objet d'un suivi psychologique. Il sera entendu après son hospitalisation", a précisé le procureur.

Bernard Dordonne

L'union l'Ardennais