« Fuite » de solvants chez Tarkett

« Fuite » de solvants chez Tarkett

Publié le vendredi 11 mars 2011 à 10H48 - Vu 363 fois

GLAIRE (Ardennes). Plusieurs centaines de litres de solvant, en provenance de l'usine Tarkett, ont saturé mercredi la station d'épuration de Glaire. Aucune pollution n'a cependant été constatée dans la Meuse.

LE fonctionnement de la station d'épuration de Glaire a été légèrement altéré, mercredi, suite à une pollution en provenance de l'usine Tarkett, situé quelques centaines de mètres du centre de traitement géré par Veolia.
Suite au dysfonctionnement d'une vanne, une cuve de solvant - en l'occurrence de l'ethoxypropionate - d'une contenance de 4 m3, s'est partiellement vidée dans les bacs de rétention de l'entreprise, qui sont eux-mêmes reliés à la station d'épuration.
L'incident s'est produit mercredi vers 11 h 30.
Toutefois, le temps que les responsables de chez Tarkett prennent la véritable mesure du problème, ce n'est que vers 15 heures que les services de Veolia ont été avisés de la situation.

Problème d'oxygénation

Il semblerait que, dans un premier temps, les techniciens aient tenté de régler le problème en interne, sans véritablement y parvenir, d'où un appel à la rescousse des sapeurs-pompiers qui, eux, n'ont été sollicités qu'à 18 h 45.
Même si le produit n'a pas eu le temps d'atteindre la Meuse, il a cependant assez rapidement saturé la station : « Il s'agit d'une station biologique qui fonctionne grâce à des bactéries. Ces bactéries ont besoin d'oxygène pour vivre et faire leur travail. À un moment donné, notre système d'alerte nous a prévenus qu'il y avait un problème d'oxygénation. Le taux commençait à chuter. Toutefois, il est redevenu normal dans le courant de la nuit. La station refonctionne donc normalement, même si nous continuons à procéder à des analyses sur l'eau et les boues », explique Pascal Hidriot, directeur de l'agence Veolia des Ardennes.
Selon la fiche technique, récupérée par les gendarmes, ce produit ne présente pas de risque pour l'environnement.
Michel Adam, président de la fédération départementale de pêche des Ardennes, s'est rendu sur place, de même que des représentants de la Dreal (Direction régionale de l'environnement).
Les spécialistes ont constaté qu'il n'existait aucune menace pour l'environnement du fait que cette pollution ne s'était pas étendue au-delà de la station.
Dans un premier temps, le solvant a été transvasé dans un bassin d'orage, d'où il sera ensuite pompé puis traité.
Une enquête a été ouverte par la gendarmerie afin de déterminer les circonstances exactes de ce dysfonctionnement.
O.R.

L'union l'Ardennais