Pas de carré musulman dans les cimetières du secteur

Pas de carré musulman dans les cimetières du secteur

Publié le vendredi 28 janvier 2011 à 12H00 - Vu 779 fois

L'association  des musulmans du Chaunois aimerait pouvoir bénéficier  d'un carré  pour enterrer  ses défunts.  Que ce soit  à Chauny ou  dans les environs aucun n'existe… pour l'instant.

VOILÀ quelques années que l'association Essalam, qui gère un local utilisé comme lieu de prière à Chauny, demande à obtenir un carré musulman dans le cimetière de la ville ou dans les communes alentours.
« Nous ne sommes pas là pour faire la loi, nous respectons les règles et nous ne demandons pas non plus la gratuité des inhumations, simplement un endroit où enterrer nos morts ». Ahmed Zhini est l'un des responsables de l'association et aimerait voir s'installer un carré musulman sur le secteur. Pour l'heure les familles qui souhaitent faire enterrer leurs défunts, le font mais au milieu des autres « tombes » dites classiques. « Il existe un carré à Fargniers mais il est réservé aux habitants de la commune et du grand Tergnier, donc pas aux gens de Chauny. Nous sommes conscients qu'il y a de moins en moins de place dans le cimetière mais si ce n'est pas à Chauny même cela peut aussi se faire dans une commune limitrophe, cela ne nous dérangerait pas mais nous savons bien que cela se fait dans la mesure du possible ».
Une centaine de familles sont présentes à Chauny, ce qui fait plusieurs centaines de personnes.
Pour certains la question de l'inhumation est déjà réglée, « mon épouse et moi, avons notre place réservée au Maroc dans notre pays d'origine mais pour d'autres, ils veulent être enterrés ici », ajoute M. Zhini.
Ce qu'il souhaite par-dessus tout, c'est que les choses se fassent dans le respect de tous. « Nous respectons la France et ses habitants qui nous ont accueillis, il est toutefois nécessaire de mener une réflexion pour que carré voit le jour ».

« Ne pas faire de différences »

Le carré musulman est une quasi nécessité puisque les traditions religieuses demandent à ce que les sépultures soient réunies en un même lieu et tournées vers La Mecque. Et cette demarche prouve que cette partie de la population longtemps partagée entre son pays d'origine et son pays d'accueil se sent de moins en moins étrangère en France.
Les communes sont encouragées à installer des carrés dans leurs cimetières avec trois directives ministérielles datant de 1975, 1991 et 2008 ainsi que par un rapport de la commission Stasi sur la laïcité en fin d'année 2003.
Le maire Marcel Lalonde ne l'entend pas ainsi. « Je ne suis pas pour faire des différences. Je comprends la demande de l'association dont j'apprécie d'ailleurs l'engagement, mais un carré au cimetière ne me semble pas opportun. Je suis laïque, je respecte toutes les confessions mais cela ne peut pas se faire. Et puis les personnes de confession musulmane peuvent de toute façon choisir l'emplacement de leur sépulture pour qu'elle soit orientée vers La Mecque ».
L'association Essalam devra donc chercher ailleurs afin que ces défunts puissent reposer en paix.

L'union l'Ardennais