Les objets d'antan revivent dans l'ancienne bergerie

Les objets d'antan revivent dans l'ancienne bergerie

Publié le mercredi 13 juillet 2011 à 11H00 - Vu 267 fois

MARCHAIS (Aisne). Ancienne fermette, le Grand Logis accueille les hôtes à deux pas du château de Marchais, propriété du Prince de Monaco. Mais les visiteurs s'y attardent pour bien d'autres raisons.

L'ANCIEN logis de ferme s'est agrandi. Les hôtes logent dans les anciennes dépendances mais de douillettes chambres ont remplacé les mangeoires. A Marchais, Béatrice et Didier Varoqueux ont incontestablement de l'or dans les mains et des idées à foison.
Certes, le propriétaire est entrepreneur mais sans le sens inné qu'il développe pour la récupération, ses chambres d'hôtes n'auraient sans doute pas ce caractère ancien et authentique.
Que ce soit au Grand Logis, où quatre chambres ont été aménagées ou au gîte Le Petit Marais, le couple s'est attaché à donner une seconde vie aux objets glanés ici et là. « Dès que j'ai commencé à travailler, j'ai récolté des objets, des matériaux. A l'époque on arrivait facilement à récupérer des pierres, des poutres, un plancher, des briques anciennes,… », confie Didier Varoqueux.

Caverne d'Ali-Baba

D'année en année, de chantiers en brocantes ou auprès des Chiffonniers d'Emmaüs, il a accumulé les trésors. Lorsque, avec son épouse Béatrice, il a acquis, voilà 23 ans, l'ancienne fermette de Marchais, qui date vraisemblablement de la moitié du XVIIIe siècle, il a puisé dans sa caverne d'Ali-Baba pour rendre une seconde vie aux objets et matériaux accumulés.
Il s'est également servi de tout ce qui pouvait être réutilisé sur les bâtiments d'origine, comme la porte de la grange, pour offrir une nouvelle existence à cet ancien corps de ferme.
Ne cherchez plus les moutons, la bergerie a été réaménagée. Et il y a fort à parier que vous ne les compterez pas pour cause d'insomnie dans les chambres où les objets anciens ont la part belle. Ici, les vieux volets ne servent plus que de décoration. Là, l'antique parquet est devenu revêtement mural.
Le cadran de l'ancienne horloge de l'église de Sault-Saint-Rémy, dans les Ardennes, orne à présent la chambre Azurée. Mais il a cessé d'égrener le temps qui passe…
Le vieux caillebotis qui servait à récupérer les poussières d'or collées aux pieds des artisans orfèvres a été recyclé et sépare aujourd'hui la chambre de la salle de bain de la chambre Rossignol et la fenêtre de toit y est devenue miroir.
Ailleurs, une lanterne venue d'un autre âge éclaire les tons vert d'eau de la chambre Nénuphar ; clin d'œil aux marais de la Souche tout proches.
Dans la suite Cuivrée, un ancestral ornement de grille de portail orne la tête de lit. A la tombée du jour, le soleil y apparaît subrepticement à travers l'œil-de-bœuf. Ce n'est qu'une fois l'automne venu, que le château du Prince de Monaco s'y laisse admirer.

Elisabeth EHRMANN
www.legrandlogis.fr

cestletelejournal

L'union l'Ardennais