Kit mains libres au volant sur la sellette

Kit mains libres au volant sur la sellette

Publié le mercredi 05 décembre 2012 à 11H34 - Vu 1022 fois

AISNE. De plus en plus de conducteurs ont une conversation téléphonique au volant. Jusqu'à présent toléré, le kit mains libres pourrait être interdit car il provoquerait des accidents. Quel est le comportement des Axonais : combien d'accidents et d'infractions sont imputables à l'usage du téléphone au volant ?

TÉLÉPHONER ou conduire, il va sans doute falloir choisir ! Le débat sur les risques que peut faire encourir le téléphone portable au volant est relancé depuis que le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls a déclaré vouloir diviser par deux le nombre de tués sur les routes d'ici 2020. Il a demandé au Conseil national de la sécurité routière (CNSR) de réfléchir sur les mesures à prendre pour que cet objectif devienne réalisable.
Les associations, comme la ligue contre la violence routière et la Prévention routière n'ont pas attendu pour donner leur avis et proposer l'interdiction du kit main libre au volant.
Leur argument : passer un coup de fil lorsqu'on conduit, même avec une oreillette, déconcentrerait.

Ce qui est impossible à chiffrer

« Un accident sur dix est désormais associé à l'usage du téléphone pendant la conduite », selon la prévention routière, sans que l'on puisse pourtant l'établir formellement. L'association estime que « les conducteurs qui téléphonent en conduisant ont cinq fois plus de risque d'avoir un accident. Et le suraccident existe toujours avec une oreillette ou un kit mains libres même s'il est moindre ».
Le CNSR se donne quatre mois pour livrer ses conclusions. En attendant, voici un point de la situation dans l'Aisne.
S'il semble acquis que tenir une conversation téléphonique en conduisant peut altérer les capacités de conduite et provoquer des accidents, il est impossible de le quantifier avec précision. À la préfecture, où des statistiques sont établies chaque mois sur la typologie de l'accidentologie du département, on est formel : « C'est impossible pour les accidents matériels, à moins qu'un membre des forces de l'ordre ne le constate et de toute façon, dans ce cas très rare, ça ne remonte pas jusqu'à nous. Quant aux accidents corporels, il faut que l'on ait un décès. Dans ce cas précis, il y a des réquisitions téléphoniques de réaliser. »
Alors, dans combien d'accidents mortels constate-t-on l'usage du téléphone ? En 2011, (selon les données consolidées) on a dénombré dans le département 345 accidents corporels (dont 41 accidents mortels) faisant 49 tués et 435 blessés. « Le téléphone n'est impliqué dans aucun des accidents mortels. »

Plus de 7600 PV en trois ans

Sur les dix premiers mois de l'année, on déplore déjà 236 accidents corporels faisant 32 tués et 281 blessés. Et « l'usage du téléphone apparaît dans un accident mortel », explique-t-on au service communication de la préfecture. « C'était le 14 janvier 2012 à la Neuville-lès-Dorengt et le conducteur, décédé, se trouvait au téléphone. » D'autres facteurs ont aussi été retenus comme causes de l'accident : « Ce conducteur était alcoolisé et n'avait pas bouclé sa ceinture de sécurité. »
Selon une étude sur l'évolution des comportements des conducteurs menée par la Prévention routière, on constate une très forte progression de l'usage du téléphone au volant au cours des douze dernières années. Et les mentalités évoluent : les conducteurs interrogés reconnaissent de moins en moins le risque que peut représenter de téléphoner en conduisant. Ainsi, alors qu'ils étaient 80 % en 1999, à considérer que le téléphone au volant pose un véritable problème de sécurité, ils ne sont plus que 51 % en 2011 (et seulement 39 % chez les 18/24 ans).
Dans l'Aisne, le nombre de contraventions relevées pour usage de téléphone au volant a connu une hausse constante durant trois ans. En 2009, on recensait 2 418 infractions pour usage du téléphone au volant. En 2010, le nombre était de 2 569 et en 2011, on a atteint 2 649 PV, soit une augmentation de 9,55 % sur trois ans. (L'augmentation est d'autant plus significative en ville : +39 % en zone police sur cette période). Ce qui fait plus de 7 600 PV dressés en trois ans.Cependant ces derniers mois, la tendance s'est inversée. On constate une baisse de 5,58 %. De janvier à octobre 2012, 2046 infractions dressées contre 2 167 l'an passé sur la même période. Ce qui fait tout de même 6 138 points de permis de conduire retirés pour l'usage du téléphone au volant depuis le 1er janvier dans l'Aisne.

Aurélie BEAUSSART
abeaussart@journal-lunion.fr

L'union l'Ardennais