Il participe au tournage d'une nouvelle version de « La guerre des boutons » Victor, jeune Marnais de 11 ans acteur de cinéma

Il participe au tournage d'une nouvelle version de « La guerre des boutons » Victor, jeune Marnais de 11 ans acteur de cinéma

Publié le mardi 31 mai 2011 à 11H00 - Vu 282 fois

« Casté » presque par hasard il y a trois mois, Victor Lallement participe à un remake de « La guerre des boutons » qui sortira dans les salles en novembre.

DE « La guerre des boutons », tout le monde a en tête la fameuse réplique de Tigibus, « si j'aurais su, j'aurais pas venu », les batailles de gamins, bagarres à la fois violentes et amusantes, les fourberies ingénieuses aussi bien des Longeverne que des Velrans.
Victor Lallement, 11 ans, habitant Verzenay depuis toujours, ne connaissait pas cette histoire. Pourtant, il sera de l'un des deux remakes qui doit sortir le 23 novembre. Celui réalisé par Yann Samuell, avec Alain Chabat et Mathilde Seigner, 49 ans après la sortie de la version désormais culte d'Yves Robert.
C'est au mois de février, pendant les vacances scolaires passées, comme souvent, en Charentes que lui et ses parents, Alexandra et Jean-Luc, remarquent l'annonce d'un casting. Intrigué, l'enfant veut « voir comment ça se passe », un souhait accepté par les parents qui pensent alors « que l'expérience est bonne et qu'une fois rentrés, vu le nombre de participants, l'histoire s'arrêtera là ».
Nouvelle école nouveaux amis
Il n'en est rien puisqu'à la mi-mars, c'est la surprise quand « le téléphone sonne pour demander si Victor est toujours intéressé ».
L'histoire est lancée, direction le Limousin pour le tournage où « tout le monde est vraiment gentil, même les stars qui restent très accessibles ».
Pour la première fois de sa vie, Victor tourne, « se prend au jeu », trouve l'expérience « géniale, surtout qu'il y a plein de scènes de bagarre » et que c'est « marrant à jouer ». Seule ombre au tableau, « l'incompréhension » de l'école dans laquelle il était scolarisé, à Rilly-la-Montagne. En effet, sur le tournage, et pour ne pas hypothéquer les chances de réussite de ces enfants acteurs, une équipe pédagogique assure « des cours à la demande » mais pour cela, « il fallait fournir l'avancement du programme à l'équipe de tournage, ce que n'a pas voulu faire l'école ».
Résultat, un changement d'école en cours d'année pour atterrir dans la classe de CM2 de Verzenay et y retrouver pendant quelques semaines les enfants du village et avant de « repartir au mois de juin pour tourner les dernières scènes ».
Après cela, le chapitre sera clos, l'expérience restera et pas uniquement dans les souvenirs puisque sur place, entre deux bagarres, Victor a sympathisé avec un jeune Théo, rencontré sur le tournage et avec qui il pourra refaire le film cet été et les suivants.
Vianney PANNET

L'union l'Ardennais