Des pigeons envahissants

Des pigeons envahissants

Publié le lundi 08 novembre 2010 à 11H10 - Vu 322 fois

LAON (Aisne). Les pigeons prolifèrent  dans certains endroits de la ville. Des habitants, gênés par les nuisances, ne savent comment s'en débarrasser.

«LES pigeons causent des dégâts considérables. C'est une vraie nuisance. » Cet habitant du Plateau ne sait pas vers qui se tourner pour résoudre son problème. Des pigeons ont élu domicile sur le toit d'un voisin. Ce toit donne sur son jardin où atterrissent les fientes.

Lutte inégale

« J'ai des excréments dans des escaliers. Le sol devient glissant. Je suis obligé de décrasser régulièrement au nettoyeur haute pression. Mais la lutte est inégale », avoue cet homme, démuni face à ces oiseaux résistants et bruyants. « Leurs roucoulements résonnent. Nous sommes réveillés. Ils essayent de se glisser dans les anfractuosités de la maison », ajoute ce Laonnois qui aimerait leur clouer le bec.
Dans certains quartiers de la ville haute, surtout au cœur de la cité historique, les fientes maculent les rebords de fenêtres, les constructions, les cours, les véhicules. Les pigeons adorent les immeubles inoccupés, délabrés. Une tuile déplacée, un carreau cassé et les voilà installés dans un grenier avec leur lot de salissures et les craintes du voisinage parce que ces oiseaux seraient porteurs de germes microbiens dangereux. Ce que contestent les associations de protection des animaux qui considèrent que « le pigeon de ville (biset) est une espèce peu dangereuse pour l'homme car les bactéries, virus, parasites et champignons qu'il peut héberger sont très spécifiques à son espèce et non transmissibles à l'humain. »
Ce n'est pas ce qui préoccupe un autre Laonnois qui loue des appartements rue Sérurier et déplore qu'aucune solution n'ait été trouvée. « Il y a au moins cinq pigeons au mètre carré sur mon toit. Ils font des dégâts depuis des années. Je suis obligé de nettoyer une fois par semaine. Sans compter les gouttières bouchées. C'est à la mairie de prendre les choses en main. ».
La mairie, en fait, ne se sent pas tellement concernée. « Les pigeons ne nous posent pas de problèmes particuliers. Avant, nous avions un courrier de plaignant de temps en temps. Mais depuis trois ou quatre ans, nous n'en avons plus du tout », précise Philippe Danlos, directeur des services.
Des systèmes (picots) pour empêcher les pigeons de se poser ont été placés il y a quelques années. « Et depuis que nous avons mis par terre l'immeuble situé rue des Cordeliers, il y a moins de problèmes », ajoute-t-il. Cet immeuble à l'abandon causait beaucoup de nuisances mais c'est terminé.
« Si nous devions intervenir, on ferait de la stérilisation. Il existe des graines spéciales pour cela. »
Mais ce n'est pas au programme.

M.-C.L.
mclardenois@journal-lunion.fr

L'union l'Ardennais