De faux billets de 100 euros circulent actuellement

De faux billets de 100 euros circulent actuellement

Publié le dimanche 21 août 2011 à 11H00 - Vu 1725 fois

(Aisne). Ils sont apparemment très bien imités et les victimes les ont acceptés sans problème. Il y a pourtant des signes distinctifs, prévus par la Banque centrale européenne, qui auraient dû attirer leur attention.

«Entre nous, Dabe, une supposition… Hein, je dis bien une supposition, que j'aie un graveur, du papier et que j'imprime pour un million de biftons. En admettant, toujours une supposition, qu'on soit cinq sur l'affaire, ça rapporterait, net, combien à chacun ?
- Vingt ans de placard. Entre truands, les bénéfices ça se partage, la réclusion, ça s'additionne »… On ne pouvait évidemment pas faire autrement que de citer Audiard et « Le cave se rebiffe », puisqu'apparemment, depuis quelques jours, des faux billets de 100 € auraient été écoulés chez quelques commerçants ardennais, qui n'y ont vu que du bleu - bien qu'ils soient verts - en raison de la qualité exceptionnelle de la finition.
Cela veut-il dire que Ferdinand Maréchal, alias « Le dabe », Robert Mideau et sa main raphaélienne, M'sieur Eric avec ses p'tites bacchantes et la bonne Pauline, avec ses rames de papelard héritées de Mandarès se seraient offert une nouvelle imprimerie à Sault-lès-Rethel ? Les services de police et de gendarmerie n'en savent encore rien, car c'est probablement une clientèle de passage qui les met en circulation, mais ils enquêtent et ils invitent, d'ores et déjà, quiconque aurait un doute, à composer le « 17 », pour signaler le fait.
Cette mise en garde est nécessaire, car c'est la première fois, que des faux-monnayeurs prennent le risque de faire leurs emplettes avec de si grosses coupures, dans un département comme les Ardennes, où le pouvoir d'achat s'exprime habituellement plutôt en billets de 5 à 20 €. A moins que ce ne soit un coup de vice de leur part, que d'attirer délibérément l'attention sur ces quelques gros billets-là, dans l'intention de mieux nous inonder de plus petits, dont on ne se méfiera pas ?

Toucher, regarder, incliner

Toujours est-il qu'à cause de l'inflation galopante, les victimes qui se sont déjà fait piéger avec les 100 €, n'avaient pas trouvé si extraordinaire que cela, qu'on les ait payées ainsi. Il est vrai qu'il y a déjà longtemps que les distributeurs de banques nous délivrent des 50 €, comme s'il s'agissait de menue monnaie !
Néanmoins, afin de vous éviter de vous faire refiler des « balourds » (c'est-à-dire des faux billets), quelle qu'en soit la valeur faciale, voici un petit rappel de quelques signes de sécurité, qui ont été prévus pour les distinguer assez facilement des authentiques, même si vous ne disposez pas d'un détecteur.
Il vous suffit de retenir la formule : « toucher, regarder, incliner ». Les billets en euros possèdent, en effet, un toucher unique : ils sont imprimés sur du papier à base de pur coton, qui a une texture ferme (ni molle, ni cireuse) et qui produit une sonorité craquante.
Vous devez, par ailleurs, sentir un petit renflement sous vos doigts, car des procédés d'impression spéciaux sont utilisés par la Banque centrale européenne pour mettre en relief chacun des éléments imprimés (motifs, lettres, chiffres). Un billet lisse est donc, à coup sûr, un faux.
En examinant le billet par transparence, vous devez voir apparaître trois autres sécurités, au recto et au verso des billets, s'ils sont authentiques :
- le filigrane, situé dans une partie « non imprimée » du billet, visible uniquement par transparence ; un motif reprenant une partie de l'illustration imprimée sur le billet doit apparaître
- le fil de sécurité est la bande sombre qui apparaît par transparence et coupe le billet en deux parties ; la valeur en chiffres du billet ainsi que le mot Euro apparaissent en lettres minuscules dans la largeur de la bande
- le nombre incomplet est le chiffre correspondant à la valeur du billet en haut à gauche au recto ; il est découpé mais se reconstitue par transparence.
Inclinez le billet. Au recto, une image changeante apparaît sur l'hologramme. Au verso, on peut voir une bande argentée brillante sur les coupures de 5, 10 et 20 euros ou un nombre à couleur changeante sur les coupures de 50, 100, 200 et 500 euros.
La valeur faciale placée au verso change de couleur, passant du mauve au vert olive ou au marron.
Les commerçants peuvent aussi vérifier l'authenticité des billets en euros au moyen d'une lampe ultraviolette : sous les rayons UV, les billets authentiques deviennent sombres et le drapeau européen ainsi que la signature du président de la Banque centrale européenne deviennent verts.
G.G.-M.

L'union l'Ardennais