Chien brûlé : et si ça arrivait à un être humain ?

Chien brûlé : et si ça arrivait à un être humain ?

Publié le vendredi 23 novembre 2012 à 19H06 - Vu 2401 fois

PROIX (Aisne). Mercredi, le propriétaire d'un chien porté disparu a retrouvé son animal carbonisé. L'affaire a été relayée sur facebook par le collectif "Lucky le dalmatien". La créatrice du collectif, Nathalie Boulfani, s'émeut de ses maltraitances sur animaux et veut alerter la justice.

Olivier avait perdu son chien depuis le 16 novembre. Malgré des affiches distribuées un peu partout à Tupigny et dans les villages voisins, l'animal restait introuvable. Son cadavre brûlé a finalement été découvert par un cultivateur sur un chemin de terre, à l'écart des habitations et difficile d'accès, mercredi 21 novembre.

"J'ai été prévenue mercredi soir, à 2h du matin par une relation commune. Le maître était un peu perdu. J'ai voulu l'aider", explique Nathalie Boulfani la créatrice du collectif "Lucky, le dalmatien". Dans la foulée, elle diffuse sur la page facebook du collectif une capture d'écran d'un SMS où l'on voit nettement le chien brûlé. La photo -atroce- est commentée 436 fois en moins de 48 heures et partagée plus de 1 000 fois. Pas suffisant pour Nathalie qui lance une pétition en ligne et en est certaine : "Il y a forcément quelqu'un qui a vu quelque chose."

Ce qui interpelle la fondatrice du collectif, c'est la disparition mystérieuse du chien : "On ne sait pas s'il a été enlevé exprès ou bien s'il a fait une mauvaise rencontre."

Aider les maîtres et ouvrir les yeux de la justice

Des chiens et chats mutilés, Nathalie en voit beaucoup. "On croit toujours voir le pire, mais en fait, il y a toujours pire. On a des cas de tortures sur animaux quasiment tous les jours, surtout en Picardie."

Depuis deux ans, elle les recense sur la page facebook de son collectif. Un travail qui peut sembler macabre mais qui prend tout son sens selon l'intéressée quand les fautifs sont traduits en justice. "Nous avons décidé d'aider les maîtres mais surtout d'ouvrir la conscience des gens. De plus en plus d'affaires criminelles sont liées à des animaux, mais derrière il y a toujours un être humain. Nous voulons que la justice prenne conscience de ces crimes et les punisse. Il faut arrêter de se dire, que ce n'est qu'un chien ou un chat. A un moment donné, les gens perturbés se lassent des animaux et passent à autre chose, aux êtres humains."

Le slogan du collectif est d'ailleurs on ne peut plus explicite : "Aujourd'hui un chien, demain ton gamin".

Un collectif en mémoire du dalmatien Lucky

C'est après la mort du dalmatien Lucky que Nathalie a créé le collectif. Le maître et tortionnaire du chien l'avait attaché par sa laisse au crochet d'attelage de la Volvo blanche qu'il conduisait et l'avait traîné entre Origny-Sainte-Benoîte et Thenelles. Ni les cris de l'animal ni les hurlements des passants horrifiés par le spectacle ne lui avaient fait stopper sa course.

Cette affaire avait secoué les habitants du coin. De nombreuses marches blanches avaient été organisées. Depuis ce jour-là, Nathalie fait tout pour que la triste histoire de Lucky puisse servir d'exemple et éviter le pire à d'autres animaux.

L'union l'Ardennais