Prêt de voitures : 50 chômeurs aidés par l'Amie

Prêt de voitures : 50 chômeurs aidés par l'Amie

Publié le mardi 06 novembre 2007 à 01H00 - Vu 1376 fois

UN joli nom pour une belle idée : « Ensemble sur la route de l'emploi ».
Jusqu'à son grave accident cérébral vasculaire l'an dernier, Guy Petitjean, adjoint à l'emploi et l'insertion, aidé d'un petit noyau de bénévoles convaincus, avait lancé l'initiative en octobre 2005.
Le principe était simple : mettre un véhicule à disposition de demandeurs d'emploi aux ressources modestes, ayant un contrat de travail d'un mois minimum (lire ci-dessous).
Les six premiers mois de rodage ont montré l'efficacité du système comme l'explique Monique Hucorne, vice-présidente bénévole : « Les résultats étaient prometteurs avec des personnes installées dans leur travail, en CDD prolongé, voire en CDI. Sauf une ou deux. »
Microcrédit
En deux ans, l'Amie1 a prêté 48 véhicules. Les femmes font partie du public ciblé comme le dit encore la vice-présidente, par ailleurs membre du Club de prévention de Sedan-Ouest : « Quand il faut emmener les enfants à l'école à vélo sous la pluie ou la neige, avec en plus un travail exigeant de la mobilité, c'est encore plus compliqué de ne pas avoir de voiture. »
L'association a également monté un partenariat avec la banque du Crédit agricole pour aider certaines personnes à bénéficier d'un microcrédit. L'Amie a aussi créé un emploi d'assistante de gestion permanente. Sofia Cheddad est ainsi le pilier de l'association et les bénévoles ont bon espoir de voir son emploi aidé pérennisé l'an prochain.
Depuis avril, Michel Bernard, adjoint au secteur scolaire et périscolaire, a été élu président, Guy Petitjean se trouvant au centre de réadaptation fonctionnelle de Warcq. Il a été élu président d'honneur de l'Amie : « Nous le tenons au courant et il nous manque beaucoup. Sans lui, nous ne serions pas là à dresser le bilan de cette action », témoigne l'élu.
Bien soutenue par les collectivités et partenaires2, l'Amie a prouvé que le projet n'était en rien utopique. Les véhicules sont entretenus et le chèque de caution n'a été utilisé que deux fois suite à des accrochages causés par un tiers.
« Retrouver de la dignité »
A l'Amie, on est fier de montrer que les chômeurs peuvent être dignes de foi : « Les détracteurs du projet avaient tort… Ce système est aussi une occasion de retrouver de la dignité » ; dit Corinne Léonetti, secrétaire.
L'idée fait des émules : deux autres associations similaires sont nées, notamment en Corse, et Vitry-le-François s'y intéresse.
Dominique Berthéas
1. Amie, 3 rue du Petit Pont, 08200 Sedan. Tél. 06.81.25.23.94. ou 09.61.23.75.46. 2. Le conseil général dans le cadre du Plan départemental d'insertion, le conseil régional, la communauté de communes, l'Etat via le Contrat urbain de cohésion sociale, la PAIO lorsque les bénéficiaires y sont inscrits, le Diieses, fond d'État pour le soutien à l'économie solidaire, et enfin la ville qui prête le local.

***
Le premier mois gratuit

Ce système de prêt de voiture a été mis sur pied grâce à un partenariat avec une agence de location (Budget).
Le prêt dure le temps nécessaire pour que le bénéficiaire puisse voler de ses propres ailes. Ou plutôt rouler sur ses propres roues, même d'occasion ! Préférant la responsabilisation à l'assistanat, l'Association mobilité insertion emploi ne prête la voiture gratuitement que le premier mois. Ensuite, un tarif de location progressif est appliqué : 48,75 € le 2e mois, 95,98 € le 3e, 180 € le 4e, etc.
De plus, un chèque de caution de 500 € est demandé, mais n'est débité qu'en cas d'accident.

***
Ils ont été dépannés

Ludivine Fraczek
« J'ai connu l'association par le Club des jeunes chercheurs d'emploi de la ville de Sedan. J'avais trouvé un CDD sur un remplacement chez Invicta à Donchery, mais je n'avais pas de voiture personnelle et les moyens de transports ne passent pas à proximité. Habitant Sedan, mes parents m'ont prêté leur voiture mais cela ne pouvait continuer. J'ai contacté l'Amie qui a mis un véhicule à ma disposition pendant trois mois. Cela m'a permis de passer sur un poste fixe et de m'acheter ma propre voiture ! L'Amie m'a bien aidée : il faut savoir que la voiture est une condition obligatoire pour trouver du boulot dans certaines entreprises ! »

Christian Gillaux
« J'habitais Revin mais à la suite d'un accident de voiture, j'avais perdu mon travail. J'ai été hébergé à Sedan et la PAIO m'a trouvé en trois, quatre jours un emploi intérimaire de plieur chez Nexan à Vrigne-aux-Bois. Travaillant en 3X8, impossible d'y aller avec mon scooter, surtout pendant l'hiver.
C'est le prêt de voiture par l'Amie qui m'a permis de conserver ce travail mais aussi de payer la caution pour louer un appartement sur Sedan.
Aujourd'hui, j'en suis à mon cinquième mois de prêt de voiture mais je vais pouvoir rendre les clés bientôt grâce à un prêt bancaire. »

Ourdia Paul
« J'avais entendu parler de l'Amie dans les médias et je connais quelques personnes qui y travaillent. En allant à Objectif Emploi, j'ai vu les brochures et j'ai pensé que l'association pourrait peut-être me dépanner. J'habite à Balan, j'ai deux enfants, je travaille en restauration midi et soir et j'ai décroché un contrat de travail d'aide à domicile de 25 heures à l'ADMR. Ma famille me prêtait une voiture mais il fallait jongler avec les horaires.
L'Amie m'a vraiment tirée d'affaire. Le prêt a duré trois mois, j'ai pu alors acheter une voiture et obtenu un CDI ! »

Yvette Pédron
« Le 25 décembre 2006, ma voiture a brûlé accidentellement dans le garage ! Le lendemain, comme je devais aller bosser, j'y suis allée à pied.
J'habite avenue de la Marne, j'ai deux enfants et je suis aide ménagère auprès de plusieurs personnes âgées. Donc la mobilité est indispensable.
Par chance, une voisine, Marie Warin, connaissait l'association.
Elle me propose un rendez-vous avec Guy Petitjean qui est venu me voir le jour même à 15 heures. Ça a été très rapide : le lendemain à 10 heures, j'avais une voiture. J'étais étonnée : j'ai toujours travaillé et je pensais que les salariés pouvaient être aidés.
Cela a duré deux mois, puis j'ai cassé mon PEL et acheté une voiture d'occasion. Heureusement que cette solution s'est présentée ! »

L'union l'Ardennais