Patrick Paumelle, fondeur d'art à Morsains

Patrick Paumelle, fondeur d'art à Morsains

Publié le dimanche 11 novembre 2007 à 01H00 - Vu 534 fois

En 1993, Patrick Paumelle a créé son entreprise avec huit clients. Aujourd'hui, elle compte plus de 475 ... sculpteurs. Installée à Morsains, entre Montmirail et Esternay, sa fonderie d'art demeure pourtant une activité marginale et méconnue.
IL y a 15 ans, à sa création, l'affaire ne comptait qu'un seul salarié. « Moi ! », lâche Patrick Paumelle. Depuis, la petite entreprise de Morsains a bien grandi. En toute discrétion, malgré une renommée internationale acquise au fil des années.
Aujourd'hui, la fonderie d'Art compte 16 salariés. « Des hommes et des femmes qui ont appris le métier sur le terrain ». Et pour cause ! « Il n'existe aucune école de fonderie d'art », assure celui a coulé les œuvres d'artistes du monde entier. Et pourtant, rien ne prédestinait cet homme à exercer ce métier qu'il pratique « avec passion ».
A 48 ans, Patrick Paumelle remonte le temps. « Je suis entré par hasard dans l'atelier de celui qui deviendra mon maître… ». Son métier, il l'apprend aux côtés de Maître Capelli. En 1981, à la mort de ce dernier, il décide de prendre la relève et installe sa fonderie à Morsains. « C'est un métier difficile mais passionnant », souligne-t-il. Ses clients ? « Des sculpteurs devenus aujourd'hui des amis ». Une discipline marginale que Patrick Paumelle ne souhaite pas voir disparaître. « Je travaille avec des gens tels que Jean Lagniau installé à Cannes, Albert Avetissian, un artiste russe, Philippe Turpin, un Réunionnais… ».
Et tant d'autres. Des œuvres qui passent par la fonderie de Morsains et sont envoyées aux Etats-Unis, en Russie, à La Réunion mais aussi en France. « Je ne sais pas immédiatement pour qui ces sculptures sont destinées. Mon unique interlocuteur, c'est l'artiste lui-même ». Le fondeur vient d'ailleurs d'achever une commande de plusieurs bustes de Nicolas Sarkozy.
Une exposition consacrée à l'art sacré contemporain a débuté hier à l'Ancien Collège de Sézanne. « Sur 10 artistes présents à Sézanne, huit m'ont confié leurs sculptures », affirme Patrick Paumelle, qui a d'ailleurs assisté au vernissage de l'exposition. « Je suis régulièrement invité par les artistes », explique celui qui possède, lui-même plusieurs bronzes chez lui.
Patrick Paumelle s'est vite affirmé comme un maître pour bon nombre de ses salariés dont Laurent Viez et son propre fils, Ludovic âgé de 24 ans. « Bryan, mon petit-fils de 4 ans traîne déjà avec nous », avoue avec fierté, Patrick. Une seule crainte anime ce passionné : « Voir disparaître la fonderie ! Les charges sont lourdes, comme pour tous les artisans et mon fils n'est pas certain d'avoir envie de se lancer dans l'aventure ». En attendant, Patrick Paumelle a déjà un carnet de commande plein pour les deux prochaines années.
Corinne Lange

L'union l'Ardennais