ÉCO / La sécurité au travail et en images avec AGE

ÉCO / La sécurité au travail et en images avec AGE

Publié le mardi 14 octobre 2008 à 01H00 - Vu 110 fois

AU premier coup d'œil, on se croirait chez un éditeur de bandes dessinées. Parmi les dix personnes qui travaillent pour AGE sur la zone Farman, la société compte d'ailleurs un dessinateur spécialisé dans la BD.
AGE - comme Armand Gérard Éditions - est spécialisé dans la prévention par l'image des accidents du travail. Des panneaux dans les usines rappelant les consignes de sécurité, c'est AGE. « Dos droit, dos protégé », « escaliers encombrés, danger », « Tête nue, tête en danger », etc. Autant de messages a priori évidents, qui passent encore mieux en les affichant. « Nous sommes des concepteurs ou chefs de projets, qui sous-traitons à des imprimeries » explique le directeur, Jacques Blanchard-Jacquet.
La santé, la sécurité, et l'environnement au travail sont les trois champs d'intervention d'AGE auprès des « préventeurs ». Dans le secteur public, ses interlocuteurs s'appellent des « agents chargés de la mise en œuvre ». Les « ACMO ».
Avec Michelin
Ses clients sont aussi bien des administrations que des agences d'intérim, le secteur du BTP comme celui de l'industrie. AGE a travaillé avec succès pour le compte de Michelin. « Il y avait un thème par mois. Sur la protection des pieds, les bons gestes et postures, etc. Sur deux ans, le taux de fréquence qui mesure les accidents est passé d'un rapport de 10 à 1. »
A la différence des caisses d'assurance-maladie, AGE travaille sur des campagnes plus spécifiques. Sous la forme d'affiches, d'agendas, et même de vidéos. Tout support est bon pour faire passer des messages de prévention. « Avec la récession, des budgets de communication sont rognés. Il y a aussi moins d'industrie en France, et l'on risque d'être impactés. »
Mais les cotisations de gros employeurs à la Sécurité sociale ont un coût proportionnel aux accidents du travail. Il y a aussi un facteur humain évident. Comme le dit Jacques Blanchard-Jacquet, « mieux vaut avoir des gens en bonne santé » que des accidents qui minent le moral et plombent la productivité.
Avec vingt-cinq ans d'existence, l'expertise AGE a fait ses preuves jusqu'à exporter ses outils dans vingt pays.
Dominique Herbemont

***
« La chasse aux risques »

« La chasse aux risques » est devenue un grand classique chez AGE. Modèle déposé, il se décline sur des agendas à la manière d'un jeu de sept erreurs à identifier. Une échelle bancale ici, une charge trop lourde ailleurs, l'absence de casque, etc.
Avec « Preven Risk », la société a développé un outil pédagogique qui permet de travailler sur des risques spécifiques, organiser l'accueil d'un nouvel embauché (consignes de sécurité), ou de (re) former du personnel après des années de métier.
Aussi basique soit-elle, cette « chasse aux risques » permet d'attirer l'attention sur des dangers pas toujours identifiés. Une lance à incendie inaccessible, un passage encombré… Une vidéo interactive vient à l'appui des tests proposés. Car comme le dit Jacques Blanchard-Jacquet, « l'important est de faire progresser les gens ».
Preven Risk a valu à AGE un prix de l'innovation dans la catégorie outils de formation au salon Preventica 2007. Un autre prix lui avait été décerné pour ses 36 modules (guides) de formation.

L'union l'Ardennais