A Sept-Saulx, le père Noël prépare sa tournée

A Sept-Saulx, le père Noël prépare sa tournée

Publié le dimanche 18 novembre 2007 à 01H00 - Vu 436 fois

Le père Noël existe. Il habite Sept-Saulx. Sa maison est ouverte au public depuis hier. Une visite insolite à découvrir jusqu'au 29 décembre.
NATHALIE LEBLANC avait un rêve étant petite, elle voulait être lutin. Sans fin, elle rêvait du père Noël. Une bonne fée s'est posée sur son berceau et ses vœux ont été exaucés : elle a construit une maison pour le père Noël.
Installée à l'origine dans les Ardennes, la maison du père Noël a déménagé, il y a deux ans, dans la Marne. A Sept-Saulx exactement, au parc nature. Cette année, elle fête ses dix ans.
L'entrée se fait par la bibliothèque. Normal puisque les lutins adorent les histoires. Comme le dit d'ailleurs le père Noël : « Plus le lutin a de la culture, moins il se laisse embobiner sous le bonnet ». Logique donc.
Question bonnet du reste, le mystère est enfin levé dans la pièce suivante : la serre aux plantes-à-bonnets qui fait enfin la lumière sur leur fabrication. C'est ici aussi que se forment les groupes. Pas plus de 34 personnes.
Encore un pas. La porte de la maison du lutin Marcel et de sa Mimounette s'ouvre. Marcel et son chat ne sont pas là, mais bien des secrets sont ici dévoilés notamment l'arbre et la machine à bonbons, qui déverse de vraies friandises.
Les décors sont riches. Tout fourmille d'objets plus insolites les uns que les autres. Tout est soigné, minutieusement bien pensé. Le rêve, concocté par Nathalie Leblanc, est aussi, pour la réalisation, celui d'Arnaud Facheaux, un fidèle de la première heure.
Les pièces se succèdent. Dans la cuisine, une pâte à gaufre lève. Les gaufres des lutins sont, dit-on, légères car elles sont faîtes avec du lait de nuage. Et ils en raffolent. Voici la chambre. Flamentin quitte son édredon. Tiens, il est amoureux. Mais si, il a une fleur accrochée à son bonnet…
Une porte s'ouvre : la poste. Les lutins s'activent. Les courriers des enfants affluent ici. Chansons par-ci, musique par-là. Riema, la seule lutaine, peaufine son journal. Au fond, la cheminée reconstituée permet au père Noël de s'entraîner. Rigolade assurée. Les lutins l'assurent, il est souvent coincé dedans.
Bien sûr, le père Noël est là. Il a pris ses quartiers, il y a quelques semaines déjà. Le temps de tout préparer. « Il y a beaucoup de travail reconnaît-il. On n'arrête pas. Mais les lutins m'adorent et moi aussi alors comme d'habitude tout sera prêt à temps » assure-t-il.
Un passage secret mène aux appartements du père Noël. Comme il aime raconter des histoires, l'homme à la barbe magnifique en profite. Demandez-lui donc de vous parler de ses siestes dans les nuages…
À côté, voici l'atelier. Ici, Sifflotin découpe le bois pour faire les jouets. Marcel coud les habits des ours. Titus joue de la ficelle. Riema peint les camions de pompiers, en vert parfois ! Et Taratata commence à remplir la hotte du père Noël… Mais là, déjà, c'est une autre histoire.
Catherine Tellier

L'union l'Ardennais